Après la répartition des royalties en décembre, le conseil d’administration de la Mauritius Society of Authors (MASA) se concentre sur les réformes administratives. Une évaluation des ressources humaines est actuellement en cours, un rapport sera soumis au ministre des Arts et de la Culture vers mi-février.
Optimiser les compétences et offrir un meilleur service. C’est dans cette optique qu’une évaluation des ressources humaines est actuellement en cours à la Mauritius Society of Authors (MASA). Lors de sa campagne, la nouvelle équipe dirigeante de la société avait signifié son intention d’enclencher des réformes à la MASA. Le nombre élevé du personnel a aussi été remis en question.
Selon Islam Bhugun, Acting Chairman de la MASA, cet exercice vise à évaluer les compétences afin de mieux les utiliser pour servir les membres de la société. Même si la question de dégraissage avait été évoquée à un certain moment, le conseil d’administration tient à rassurer que tel ne sera pas le cas.
Vers mi-février, un rapport sera soumis au ministre des Arts et de la Culture. S’il est confirmé que la MASA est overstaffed, le conseil d’administration demandera leur redéploiement dans d’autres corps parapublics.
À la réunion du board, ce jeudi, le HR Assessment Committee, mis en place spécialement pour cet exercice, présentera un premier constat de son évaluation. La nouvelle équipe dirigeante tient également à rassurer qu’il n’est pas question de règlement de comptes à la MASA, mais tout simplement, de réinstaurer la confiance et offrir un meilleur service.
La société d’auteurs compositeurs compte 33 employés à ce jour. Leur salaire est assuré conjointement par le ministère des Arts et de la Culture et la MASA. Or, le ministère a revu sa contribution à la baisse l’année dernière, ce qui veut dire que la MASA a dû puiser davantage dans sa caisse pour payer les employés. Ce qui a provoqué le mécontentement des artistes qui se disent victimes de cette situation.
La priorité du nouveau board était de procéder au paiement des royalties. « Maintenant que tout le monde est satisfait, nous pouvons passer aux réformes administratives », laisse-t-on entendre.
Le seul hic, c’est que l’évaluation des ressources humaines a lieu au moment même où un nouveau Copyright Bill est débattu. Si la première ébauche est adoptée telle quelle, la MASA se verra assignée de nouvelles responsabilités et les ressources humaines devront y correspondre.