Après la démission de Gérard Télot il y a plus d’une semaine, la Mauritius Society of Authors (MASA) est toujours dans l’attente d’une nouvelle nomination au poste de président. Actuellement, la société fonctionne de façon inédite, car elle était déjà sans directeur depuis la suspension de Gérard Louise. Les membres élus du conseil d’administration ont décidé de faire entendre leur voix et invitent le gouvernement à nommer une personne qui maîtrise la question des droits d’auteur.
Sans directeur et sans président, la MASA continue tout de même son travail de gestion collective des droits d’auteur. Actuellement, c’est Harold Lai, le responsable des finances, qui supervise les opérations, en attendant la nomination d’un nouveau président, et surtout qu’on soit fixé sur le sort de Gérard Louise, suspendu de son poste de directeur, dans le cadre de l’affaire Sony Music.
Toutefois, aucune décision ne peut être prise sans passer par le conseil d’administration. Les membres attendent particulièrement une indication quant à la distribution des royalties pour le mois de décembre. À ce stade, on laisse entendre que cette distribution aura bien lieu, même si les finances de la MASA sont dans le rouge en ce moment. Si le gouvernement ne nomme aucun président d’ici deux semaines, date de la prochaine réunion du board, c’est le représentant du ministère de la Culture qui pourrait être appelé à présider les réunions.
Entre-temps, les membres élus ont émis le souhait de voir une personne compétente à la présidence de la MASA. « Les membres élus accordent une grande importance à la nomination future, car le président apportera sa vision et il y a d’énormes lacunes à combler et un travail titanesque à accomplir », souligne Richard Hein, le porte-parole.
Les membres élus identifient ainsi les qualités attendues chez le/la prochain/e président/e de la MASA : une bonne connaissance en matière de copyright et droits d’auteurs ; une bonne aptitude à la communication orale et écrite (à la fois interne et externe) ; une bonne connaissance en gestion ; une bonne connaissance du panorama artistique mauricien et une bonne connaissance des pratiques internationales, y compris du mode de fonctionnement d’une société de gestion collective.
Plusieurs noms circulent déjà pour le successeur de Gérard Télot, dont celui d’une femme très connue dans le milieu artistique.