Dans l’affaire opposant Sony Music International à la MASA (Mauritius Society of Authors), le Directeur Général de cet organisme public, Gérard Louise, a été, dans le courant de la journée d’aujourd’hui, interpellé par les limiers de la CID (South) et était sous le coup d’une inculpation, a appris Le Mauricien.
L’affaire remonte à mai dernier quand Audrey Lamarque, représentante locale de Sony Music, attire l’attention sur le fait que « la MASA a produit des copies d’oeuvres du label Sony, avec hologramme à l’appui » et que ces « compilations ont par la suite été commercialisées. » Ces compilations concernaient plus précisément les morceaux Waka et Loca de la popstar Shakira, ainsi que Angela de l’ancien tennisman reconverti dans le showbiz Yannick Noah.
En mai dernier toujours, Keith Spencer Lister, Chief Executive Officer (CEO) de Sony Music Entertainment Africa, a fait le déplacement à Maurice pour jurer un affidavit en Cour suprême à l’effet que la compagnie qu’il représente n’a jamais autorisé la MASA à produire « des copies qui enfreignent la loi » des oeuvres de Sony. Dans le même souffle, il devait confirmer qu’Audrey Lamarque est la représentante attitrée de cette compagnie à Maurice.
Par ailleurs, du côté de la MASA, on affiche la prudence, prétextant que « l’affaire est en Cour. » L’organisme laisse comprendre que « à chaque fois que nous nous sommes rendus en Cour, la partie adverse a demandé le renvoi de l’affaire… »