Les droits de douane sur un certain nombre de produits importés de l’Union européenne (UE) ainsi que de la Turquie ont été revus à la baisse. Parmi ces produits, on relève les boissons alcoolisées (whisky, rhum et bière, entre autres), articles en plastique et en cuir, barres de fer, aliments pour animaux, nappes, draps et lampes à LED.

La réduction des droits de douane varie selon les produits. Selon la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI), elle se situe à 16,7% pour le vin et la bière, sur lesquels les droits ont été ramenés de 15% à 12,5%. Pour le whisky et le rhum, la baisse est de 33,3%, les droits passant de 18,75% à 12,5%. Il faut cependant signaler que les boissons alcoolisées produites localement ou importées sont aussi sujettes à des droits d’accise sur le contenu en alcool.

La MCCI relève également, à partir de la liste soumise par les autorités douanières, des réductions de 33% sur d’autres produits, tels les sacs en cuir et les lampes à LED. S’agissant de produits tels les aliments pour animaux, gants en plastique, draps, nappes, rideaux, piscines et briquets de poche, la baisse des droits de douane se situe à 16,7%. À la Chambre, on soutient qu’il appartient aux importateurs et autres revendeurs de voir comment répercuter cette diminution des tarifs douaniers sur les prix pratiqués pour les produits concernés. Normalement, fait-on ressortir, « il devrait y avoir une baisse de prix, même minime ».

La décision des autorités douanières mauriciennes d’appliquer de nouveaux tarifs sur les cargaisons de produits importées depuis le 1er janvier relève des engagements prix par Maurice sous l’Accord de partenariat économique intérimaire avec l’UE. Selon ces engagements, seules les importations accompagnées d’un certificat EUR-1 sont éligibles à une réduction des droits de douane. Les produits importés peuvent provenir de l’un des 28 pays de l’UE ou de l’un de leurs territoires. Les produits importés de Turquie sont aussi concernés vu que l’accord de libre-échange signé avec Maurice est aussi basé sur les engagements pris sous l’Accord de partenariat économique intérimaire.

Par ailleurs, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Protection des consommateurs a amendé les Consumer Protection (Maximum Mark-Up) Regulations 1998 afin de libéraliser la marge bénéficiaire accordée aux commerçants sur les prix du bois et des pneus. Ces produits étaient jusqu’ici sujets à une marge bénéficiaire de pas plus de 25%. Les changements apportés aux règlements sont entrés en vigueur le 8 décembre 2017 et devraient, selon les milieux concernés, se traduire par une compétition accrue chez les commerçants ainsi que la commercialisation d’une plus grande variété de produits.