La Journée des Droits des Consommateurs, observée chaque 15 mars, a pour thème cette année Rendre les marchés numériques plus juste. Dans ce contexte, la Consumers Advocacy Platform (CAP) estime que la portabilité (possibilité de garder son numéro de portable tout en changeant d’opérateur) n’a jusqu’ici « jamais fait l’objet de discussions sérieuses ». D’où son insistance pour l’existence de la portabilité afin d’avoir plus de concurrence et donc des prix plus compétitifs dans le secteur de la téléphonie mobile.

Selon la CAP, la question de portabilité remonte aussi loin que 2003 et a été ensuite évoquée à l’occasion des discussions sur la migration à huit chiffres. A aujourd’hui, toutefois, rien de concret n’a émergé. C’est ainsi que la CAP soumettra un nouveau mémoire en ce sens à l’ICTA. La conservation des numéros de portable permettant de changer d’opérateur sans avoir à changer de numéro de téléphone sera au centre des discussions que la CAP se propose d’avoir avec le nouveau directeur de l’ICTA. Selon Mosadeq Sahebdin, porte-parole de la CAP, cette dernière instance « devrait avoir un nouveau directeur en la personne de Ramesh Kumar Siddharta, détenteur d’une licence en Computer Engineering de l’université de Delhi et titulaire d’un master en cybersécurité et en droit ».

Un des avantages de la portabilité, que met en avant la CAP, est que cela suscitera davantage de concurrence dans le secteur de la téléphonie mobile, ce qui aura pour effet que les prix devraient baisser. « Il devrait y avoir une accessibilité accrue des consommateurs à la téléphonie et une meilleure qualité du service ». De plus, « le consommateur ne sera plus prisonnier d’un opérateur parce qu’il veut garder son numéro. La mise en œuvre de la portabilité à Maurice serait source de concurrence accrue entre les opérateurs là où, singulièrement, il existe un acteur dominant. La portabilité permet de garantir le développement d’une concurrence effective dans la téléphonie mobile ».

La portabilité devrait par ailleurs, selon la CAP, « participer à la lutte contre la pauvreté au vu du fort taux de pénétration du téléphone mobile dans le pays et son utilisation qui s’est démocratisée pour des besoins économiques ».

La CAP rappelle que dans le cadre de la Journée mondiale des Consommateurs, Consumers International appelle à des marchés numériques plus équitables. L’organisation se joint aux autres organisations de consommateurs du monde pour un « accès à Internet sécurisé et équitable pour tous, pour l’action contre les escroqueries et les fraudes et une meilleure protection des consommateurs en ligne ».

La CAP estime d’autre part que « la technologie numérique a un impact dramatique sur les consommateurs dans le monde entier, créant de nombreux nouveaux avantages, notamment une meilleure communication, l’accès à l’information et un plus grand choix et de commodité ». Mais, alors que les consommateurs bénéficient de ces technologies, selon la CAP, « il reste des questions sur la façon d’établir un accès à Internet pour les nombreux consommateurs qui ne sont pas connectés, comment améliorer la qualité des services, dont les services en ligne et des produits que les consommateurs peuvent faire confiance et ce qui se passe aux données qu’ils partagent en ligne ».