Le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, encourage la planification familiale, nuançant que cela doit se faire selon les circonstances, notamment en milieu pauvre, observant que c’est dans ces milieux qu’il y a le plus de naissances, et ce alors que les parents ont le moins l’occasion de s’occuper de leurs enfants. Il intervenait hier à l’Institut Français de Maurice (IFM) à l’occasion du lancement d’un single de la chanteuse Laura Beg, Drwa Zanfan Morisien, en marge de la Journée internationale des Enfants observée le 20 novembre, en présence notamment d’Aurore Perraud, ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Santaram Baboo, ministre des Arts et de la Culture, et Raj Dayal, ministre de l’Environnement.
XLD s’est aussi longuement appesanti sur la place de la famille dans la société mauricienne. « À Maurice, nous avons un sens de la famille qui est très fort. On s’occupe de nos enfants jusqu’à très tard et les grands-parents vivent également à la maison. On peut critiquer cela, car il y a des problèmes, mais il faut accepter que la famille mauricienne est exceptionnelle. Un travail énorme est abattu et je félicite le ministère, la National  Empowerment Foundation et les Ong pour leur engagement. Ce n’est pas un job, mais une mission, une vocation avec un but clair. »
Revenant sur les 18 mois durant lesquels il avait occupé le poste de ministre de l’Intégration sociale, XLD affirme en avoir eu l’occasion de connaître les problèmes auxquels font face les familles. « Nous avons essayé d’y apporter des solutions et on a remarqué qu’il fallait peut-être augmenter la pertinence de la planification familiale. On dit bien souvent qu’il n’y a pas assez de naissances à Maurice. C’est vrai lorsqu’on le regarde cela de manière globale. Mais quand on voit les familles défavorisées, c’est peut-être là où il y a le plus de naissances. Et c’est aussi là où les parents peuvent le moins s’occuper de ces enfants. Cela m’attriste beaucoup de voir ces familles où, souvent, les pères sont absents, et où les mères et les enfants, souvent nombreux, vivent dans une seule et même chambre. Il faut donc conscientiser les gens sur la taille idéale de la famille, selon les circonstances. Pour moi, c’est l’essentiel. Si on ne le fait pas, on perpétuera la misère, la délinquance et les problèmes sociaux à Maurice. Il faut reprendre le planning familial en main. C’est très important », a affirmé le Premier ministre adjoint. Ce dernier encourage aussi l’ouverture des crèches dans le pays car il estime que c’est durant la petite enfance que « commence l’inégalité » car, souvent, les parents aisés envoient leurs enfants dans ces crèches et, une fois à l’école, « ceux-ci ont déjà une longueur d’avance sur ceux qui ne les ont pas fréquentées ». S’il reconnaît l’existence de crèches « 5 étoiles », il estime aussi que des crèches proposent une formation à l’enfant dans un endroit sécurisé. « Il faut continuer à créer des crèches, que ce soit l’État ou les familles elles-mêmes qui paient. » Xavier-Luc Duval salue aussi le “Nine-Year Schooling”. « C’est une grande avancée pour Maurice où, chaque année, 25 à 30% des enfants ne passent pas le CPE. Ce sera désormais quelque chose du passé. Et j’en suis très heureux. »
Le PM adjoint estime que le rôle du gouvernement est aussi d’aider à la découverte des talents. Citant le cas d’une jeune fille qu’il a vu chanter à Cité Beau-Séjour pour la fête du Divali, il observe qu’il n’y a « personne pour l’encadrer ». Il poursuit : « Jane Constance a eu de la chance d’être reconnue », soulignant que « la découverte de talents chez les enfants pauvres est essentielle ».
Par ailleurs, outre l’engagement du gouvernement et des Ong pour lutter contre les violences domestiques, il estime que « la famille, les voisins, le quartier et le village » ont aussi leur rôle à jouer. Il note que trop souvent, ceux-ci ne s’en occupent pas « alors que des drames se jouent » dans des familles. « C’est inacceptable ! », fustige-t-il. Il lance ainsi un appel à tout un chacun pour que ces cas soient dénoncés, rappelant qu’une “hotline” du ministère existe. Il note aussi que la Child Development Unit (CDU) est « certes débordée, mais elle accomplit un travail extraordinaire ». Saluant l’effort du ministère de tutelle, il dit aussi accueillir favorablement le projet de « foster homes » (familles d’accueil), dont la ministre Perraud a parlé plus tôt. Selon lui, la concrétisation de ce programme, qui date de plusieurs années, « apportera un début de solution » aux problèmes des enfants qui, certaines fois, se retrouvent en surnombre dans des abris. Selon lui, le ministère du Développement de l’enfant conservera les meilleurs de ceux qu’il a et « améliorera constamment » pour pouvoir progresser.
XLD a aussi tenu à féliciter Laura Beg pour son soutien à la cause des enfants. La chanteuse, qui a écrit et interprété une chanson s’inspirant des droits des enfants, a pris l’engagement de verser la totalité de la somme recueillie à la suite de la vente du single Drwa Zanfan Morisien au département enfants de l’Ong LEAD (Leadership and Empowerment for Action and Development). Le single sera mis en vente lors de son concert, le 5 décembre, au J&J Auditorium, à Phoenix.