Maurice a renouvelé mercredi à l’occasion de l’Universal Periodic Review sa volonté de protéger les enfants contre toutes les formes d’abus et d’exploitation. Cette question figurait parmi les inquiétudes exprimées par les membres de l’UPR lors de l’audition de Maurice à Genève. La délégation mauricienne dirigée par le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell était composée d’une dizaine de personnes et a été maintenue sur le gril pendant au moins trois heures lors d’une séance retransmise sur le site web de l’organisation.
Le ministre Boolell dans son rapport sur Maurice a souligné que des mesures ont été prises pour améliorer les droits des femmes et pour s’attaquer à la question de violence contre les femmes avec, entre autres, la mise en oeuvre du National Gender Policy Framework.
S’agissant de la protection des enfants, Maurice a ratifié le protocole optionnel sur la vente des enfants, la prostitution et la pornographie ainsi que la consolidation des sanctions contre les enfants au travail. Arvin Boolell a aussi fait mention de la lutte contre la pauvreté et de la création du ministère de l’Intégration sociale, la restructuration de la Commission nationale des droits de l’homme et la ratification de la Convention sur les droits des personnes ayant un handicap.
Pour sa part le groupe de travail de l’UPR a fait part de son inquiétude concernant la vente des enfants ainsi que concernant le nombre d’enfants placés dans les institutions où « adequate norms and standards for care and assistance were lacking ». Il a exprimé des réserves sur la question de discrimination raciale ; sur le fait que les enfants et les adultes sont sujets à l’exploitation sexuelle sur une base commerciale ; sur l’absence de l’éducation sexuelle et reproductive dans les écoles ; sur le fait que des section du code civil « continued to criminalize consensual homosexual activity » et sur « the issue of HIV/AIDS increase in prison ».
Une série de recommandations ont été faites à Maurice par le groupe de travail de l’UPR. Ainsi les membres de l’UPR ont demandé à Maurice de finaliser le Children’s Bill et d’harmoniser toutes les législations en ligne avec la Convention des droits des enfants, de poursuivre les efforts en plus de mettre en oeuvre le National Action Plan afin de mettre un terme à la violence contre les partenaires (gender-based violence) ; de poursuivre les efforts en vue de rehausser la protection ; de poursuivre les efforts concernant l’enseignement des droits humains et d’assurer la formation des fonctionnaires et des law enforcement officials ; de poursuivre la consolidation de l’encadrement institutionnel et législatif pour assurer la protection légale adéquate à toutes les sections de la population ; de poursuivre les efforts concernant la participation des handicapés à tous les niveaux de la vie politique et publique ; de poursuivre les efforts en vue de la mise en oeuvre du plan national de lutte contre le sida ; d’oeuvrer en faveur de la qualité et de l’éducation gratuite au primaire et secondaire pour les enfants ayant un handicap ; de poursuivre les efforts afin de mettre en oeuvre un plan national de lutte contre le sida.
Le groupe de travail invite également Maurice à « strengthen measures taken towards the promotion of gender-equality and to introduce special measures in areas where women were underrepresented. To encourage women to choose non-traditional fields of education » et à soumettre des informations sur le suivi des recommandations formulées par le Committee on the Elimination of racial discrimination. Maurice a été invitée à ratifier les conventions suivantes : the third optional protocol to the Convention of the Rights of the Child ; the Convention on Enforced Disappearances ; the International Convention on the Protection of the Rights of all Migrant Workers and Members of the Families ; the Second Optional Protocol to the International Covenant on Civil and Political Rights ; the 1951 Convention relating to the Status of Refugees and its 1967 Protocol ; the Optional Protocol to the Convention on the Rights of Persons with Disabilities ; the Convention on the Prevention and Punishment of the Crime of Genocide ; et the Agreement on the Privileges and Immunities of the International Criminal Court.
L’UPR opère sous l’égide du Conseil des Droits de l’homme des Nations unies.