Photo: Shutterstock

Une trentaine membres du Réseau international contre la violence à l’égard des femmes et des filles (INEVAWG) se rencontrent cette semaine au Residence Hotel. Les participantes comprennent les représentants de Namibie, d’Afrique du Sud, d’Ouganda, d’Eswatini (Swaziland), du Botswana, du Ghana, de Tanzanie, du Mexique, d’Australie et de Maurice.

Cette réunion a pour objectif de créer un espace et une opportunité, pour les jeunes femmes participant aux consultations, de fournir au réseau leurs points de vue, leurs analyses et leurs conseils sur l’orientation et les stratégies les plus appropriées à être adoptées par le réseau en vue de repolitiser la violence à l’égard des femmes et des filles. Elle vise aussi à expliquer les formes et manifestations particulières de la violence à l’égard des femmes et des filles dans chaque région. Il est également question de la politique des États par rapport à cette violence et du recrutement de jeunes femmes et des organisations en vue de devenir membres du réseau.

Le Réseau international contre la violence à l’égard des femmes et des filles est un réseau d’Ong récemment constitué et composé d’un groupe de femmes du sud, représentant cinq continents et ayant une longue expérience de la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles. Il a été créé pour répondre aux préoccupations mondiales croissantes concernant la violence à l’égard des femmes et des filles, à l’impunité et à l’intérêt insuffisant des États par rapport à ce problème.

Le réseau milite également pour que priorité soit accordée à la nécessité de travailler au niveau de la base et de s’assurer que les problèmes, auxquels sont confrontées les victimes, soient portés à la connaissance des organisations nationales, régionales et mondiales des droits humains et de la justice sociale. INEVAWG travaille en solidarité avec ses militantes et organisations du monde entier, afin de repolitiser les analyses et les approches pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles, ainsi que l’activisme féministe.

L’INEVAWG a l’intention de tenir plusieurs consultations régionales au cours desquelles il identifiera et organisera des jeunes femmes afin qu’elles aient un dialogue sur les formes et les manifestations de la violence à l’égard des femmes dans leurs pays et régions. Ces consultations serviront de possibilités de collecte et de partage d’informations, ainsi que de processus de recrutement pour ceux estimant que la plateforme politique de l’INEVAWG et ses intentions résonnent avec eux. Les régions qui participeront à ce processus sont le Pacifique, l’Asie du Sud, les Caraïbes, l’Amérique du Sud et l’Afrique.