Le comité de suivi sur les droits humains a tenu hier sa quatrième réunion sous la présidence du Secretary for Home Affairs, M. K Ballah, au Lunch Room de l’Assemblée nationale. Une trentaine de représentants de divers ministères et départements ainsi que du Joint Economic Council (JEC), de l’United Nations Development Programme (UNDP), et de l’Equal Opportunites Commission (EOC) étaient présents.
L’objectif de cette réunion était d’évaluer le progrès réalisé par les différents ministères et départements qui ont été invités à fournir des mises à jour par rapport au progrès réalisé en marge des recommandations du Plan d’action national des droits humains 2012-2020. Parmi les 100 points d’intervention du Plan d’action, quelque 82 sont en phase de mise en oeuvre, avec 25 bien avancés.
La mise sur pied du comité de suivi sur les droits humains est une des recommandations du Plan d’action national des droits humains 2012-2020. Le comité comprend des représentants de divers ministères et départements ainsi que des ONG, du secteur privé et des institutions promouvant les Droits de l’Homme. Le comité a pour objectifs d’assurer le suivi régulier de la mise en oeuvre des recommandations du Plan d’action sur les droits humains de même que la disponibilité des ressources adéquates des politiques, formations et sensibilisations. Il travaille conjointement avec des partenaires locaux et externes en vue de concrétiser les projets identifiés.
La première réunion du comité de suivi s’est tenue en décembre 2013. Lors de la dernière réunion qui s’est tenue en septembre 2014, les ministères et départements ont été appelés à faire le point sur les progrès réalisés par rapport aux recommandations du Plan d’action national des droits humains 2012-2020, qui a été élaboré par le Bureau du Premier ministre. Lancé en octobre 2012, ce Plan d’action entend répondre à la nécessité de disposer d’un cadre cohérent qui permet de mener et de coordonner l’ensemble des actions visant à améliorer la promotion et la protection des droits de la personne. Le Plan d’action définit les politiques sectorielles compatibles aux droits humains ainsi que des domaines où des actions doivent être mises en place afin qu’elles soient conformes aux meilleures pratiques internationales. Les réalisations de Maurice sur des questions relatives aux droits humains et les défis actuels sont passés en revue. Y figurent également les mesures prises pour faire face à ces défis, les organismes responsables pour la mise en oeuvre et le suivi de ces mesures, de même que les ressources financières nécessaires à l’aboutissement des projets.
La politique nationale des droits humains constitue une pierre angulaire de l’édifice construit depuis plusieurs années. Le Plan d’action agit comme un outil pour évaluer la vision du pays sur les droits humains et sa performance par rapport aux obligations internationales. Le Plan d’action vise aussi à renforcer la coopération internationale sur les droits humains à travers un engagement plus solide aux traités universels et régionaux.
Autres objectifs ciblés : la protection et la sauvegarde des droits civils et politiques ; et la réalisation des droits économiques, sociaux et culturels pour que les nécessités de base soient disponibles adéquatement et équitablement à tous.
Le Plan d’action vise aussi à garantir les droits des jeunes et ceux des femmes dans le cadre de l’égalité des genres tout en assurant une meilleure protection des droits des personnes vulnérables. Le droit au développement durable, la sensibilisation accrue aux droits humains et l’engagement soutenu de la société civile dans la promotion et la protection des droits humains comptent parmi les autres objectifs.