Rosa Kornfeld-Matte, experte indépendante des Nations Unies chargée de promouvoir l’exercice par les personnes âgées de tous les Droits de l’homme, souhaite que le gouvernement mauricien veille à ce que les personnes âgées jouissent pleinement de leurs droits. « Il faut faire de la détection de la maltraitance et de l’application des lois une priorité. L’engagement ferme des autorités à accorder la priorité aux personnes âgées doit se traduire en actes », a-t-elle déclaré dans un communiqué après une visite officielle de dix jours à Maurice.
« Leur situation ne peut pas être considérée de façon isolée puisqu’elle est le reflet de formes existantes de discrimination, de marginalisation et d’exclusion sociale qui doivent être abordées », avance Rosa Kornfeld-Matte. Avec une population d’environ 1,2 million d’habitants, dont 13 % âgés de 60 ans et plus — qui devrait passer à 30 % d’ici 2050 — Maurice est le premier pays africain à avoir élaboré une politique nationale sur le vieillissement. « Le pays dispose d’un cadre juridique, institutionnel et politique remarquable sur les personnes âgées, et a pris un certain nombre de mesures louables ces dernières années pour protéger les personnes âgées. Maurice montre l’exemple à bien des égards. J’étais impressionnée d’apprendre que le gouvernement dépense environ 50 % de son budget en services sociaux, notamment en termes de santé et d’éducation gratuite, ce qui bénéficie aussi aux personnes âgées », a déclaré Rosa Kornfeld-Matte. « L’autonomie financière est la clé pour vieillir dans la dignité », a-t-elle ajouté.
L’experte décrit la loi sur la protection des personnes âgées de 2005 comme une étape importante pour assurer une protection adéquate aux personnes âgées contre les mauvais traitements, que ce soit les violences physiques, verbales, psychologiques ou financières, mais qui a aussi contribué à briser le tabou sur la maltraitance des personnes âgées. Les structures traditionnelles de soins, telles que la famille élargie, subissent des changements radicaux à Maurice alors que le nombre de personnes âgées dépendantes augmente. Cela affecte gravement les mécanismes de soins, la situation du logement ainsi que le système de soins de santé.
« Bien qu’il y ait eu une augmentation des maisons de soins ces dernières années pour accueillir les personnes âgées en dehors de la famille, la qualité des soins doit être assurée dans tous les cas », a soutenu l’experte de l’ONU. Elle a exhorté le gouvernement mauricien à mettre en place, de manière prioritaire, un mécanisme de surveillance et un cadre d’inspection. « Les inspections doivent être effectuées sur une base régulière et comprendre des visites annoncées et inattendues pour assurer la protection des personnes âgées contre les mauvais traitements physiques et sexuels et la négligence ». Un rapport détaillé sur ses conclusions et recommandations sera présenté au Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies en septembre 2015.