Une cinquantaine d’ingénieurs et de contracteurs évoluant dans les secteurs public et privé seront en stage de formation. Ce stage, qui s’échelonnera sur cinq jours, se déroulera du 10 au 16 août à la Mauritius Institute of Training and Development (MITD) House, à Phoenix. L’initiative revient au ministère de l’Energie et des Services publics en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).
Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet visant à supprimer les barrières entravant l’efficacité énergétique et la conservation d’énergie dans les bâtiments. 
L’audit énergétique est une méthodologie qui vise à éliminer les gaspillages d’énergies tout en permettant de rester en conformité avec les paramètres environnementaux. Au niveau des entreprises et des bâtiments commerciaux en particulier, l’audit énergétique permet non seulement de diminuer les pannes mais aussi d’apporter davantage de bénéfices.  
Le stage vise à former des auditeurs énergétiques pour effectuer des audits dans des bâtiments non-résidentiels. Il consistera en des démonstrations sur le logiciel d’audit énergétique, des présentations sur des études de cas sur les meilleures pratiques pour l’audit énergétique des bâtiments non-résidentiels, et des séances pratiques. Pour cela, le PNUD a fait appel à l’expertise d’une firme de consultants britannique, Building Research Establishment pour dégager un Energy Audit Management Scheme (EAMS), concevoir un manuel d’audit énergétique et un Contingent Support Mechanism pour le financement des audits énergétiques. La firme sera également appelée à proposer un programme de certification pour des auditeurs énergétiques et assurer la formation d’une cinquantaine d’auditeurs énergétiques. 
La formulation de l’EAMS s’insère dans la politique du gouvernement de réduire la consommation d’énergie à travers l’utilisation des équipements et systèmes électriques existants. Depuis les 15 dernières années, la demande en électricité à Maurice a augmenté de 5% annuellement, d’où la nécessité d’entreprendre des audits énergétiques pour éliminer les gaspillages, optimiser l’énergie et réduire la facture d’électricité dans les secteurs public et privé. 
Une attestation sera remise aux ingénieurs et aux contracteurs à la fin du stage. Selon l’EAMS, les auditeurs formés devront, par la suite, passer un examen pour être certifiés. Ceux qui réussiront à ces examens détiendront le titre d’auditeurs énergétiques agréés.