Du 9 au 11 avril se tiendra la première édition du festival Zakana à La Citadelle. Plusieurs activités seront offertes au public autour de la musique. Organisé par Valer Nou kiltir, ce festival a une portée pédagogique afin d’enrichir le savoir tout en promouvant les jeunes et leur musique.
Parmi les objectifs du festival, les organisateurs veulent attirer l’attention sur l’importance de la culture générale par la pratique de la musique et de l’art au sens large, proposer une plateforme d’expression artistique annuellement pour les groupes scolaires et les formations professionnelles défendant une musicalité riche et profonde, promouvoir la transmission du savoir entre les générations au travers d’oeuvres emblématiques mais aussi “proposer une scène pour la découverte de nouveautés sonores.”
À l’initiative du projet, Yannick Durhone confie que l’idée de ce festival part d’un constat qu’il a fait sur la musique locale d’aujourd’hui. “La qualité des textes est de moins en moins intéressante. C’est peut-être une question de goût, mais on entend plus ou moins le même type de musique. En général, après six mois tout le monde a déjà oublié la chanson”, dit-il. Afin d’essayer de donner un souffle nouveau à la musique locale, il imagine donc ce festival qui a une portée pédagogique. “Ce festival ambitionne de devenir un rendez-vous annuel. Nous voulons montrer la richesse de la musique locale en un seul lieu, montrer que la musique n’est seulement faite pour danser”, dit-il.