Le Conseil international d’Études Francophones (CIEF) tient son 27e congrès à Maurice du 9 au 16 juin. Le prix CIEF 2013 est attribué à Édouard Maunick. Il le recevra officiellement lors d’une cérémonie le 10 juin au centre de conférence de Grand-Baie.
Après Ananda Devi en 2007, le prix 2013 est attribué à un autre compatriote, Édouard Maunick. Le prix CIEF récompense une personne qui a apporté « une contribution exceptionnelle au développement des études francophones dans le monde ».
Sur le site du CIEF, l’on décrit M. Maunick comme le poète qui « chante son île depuis 50 ans ».
Édouard Maunick a commencé sa carrière comme instituteur. Il sera ensuite bibliothécaire. De son affectation comme bibliothécaire en chef de Port-Louis, il émigre à Paris où il devient auteur et producteur d’émissions radiophoniques culturelles et littéraires dans les années 60. Il est aussi très actif dans les cercles littéraires et collabore avec Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire à qui il adresse un dialogue poétique intitulé Toi laminaire : italiques pour Aimé Césaire (1990).
Il est l’auteur d’une vingtaine de recueils de poésie. Il est détenteur de plusieurs prix littéraires et a servi comme ambassadeur de Maurice auprès du gouvernement de Nelson Mandela.
Le prix lui sera officiellement remis le lundi 10 juin, lors d’une cérémonie qui sera organisée à 16 h au centre de conférence. Les invités présents auront l’occasion d’écouter son allocution d’honneur en différé.
Un programme très dense est prévu pour ce congrès du CIEF. Il sera marqué par une série d’activités culturelles, cinématographiques et littéraires : table ronde, exposition, lecture poétique. Des réflexions sur l’enseignement des oeuvres francophones seront au programme.
Le thème général du congrès est « Karay de l’inter/transculturel : heurts et bonheurs ». Le Karay est ici utilisé comme métaphore du creuset.
Parmi les invités régionaux, l’on compte Michèle Rakotoson de Madagascar et François Samlong de La Réunion. Des écrivains mauriciens, l’on note, entre autres, la participation de Barlen Pyamootoo, Shenaz Patel, Carl de Souza, Amal Sewtohul, Umar Timol et Yusuf Kadel.
Le CIEF est une association internationale à but non lucrative. Il a pour objectif le développement des études, de la recherche, des publications et des productions francophones. Privilégiant les approches pluri et interdisciplinaires, l’action du CIEF ne se limite pas aux pays francophones et vise la francophonie partout où elle existe.
Tous les ans, il organise un congrès mondial qui réunit entre 300 et 600 participants : universitaires, écrivains, artistes, critiques et journalistes en provenance des pays et régions francophones.
Outre le prix CIEF, un deuxième prix de jeune chercheur est attribué tous les ans avec pour objectif d’encourager la recherche sur les études francophones auprès des jeunes chercheurs et de les aider dans leurs études.