Les familles, ex-squatters de Dubreuil, relogées depuis deux ans dans une ancienne usine de thé du village, emménageront très bientôt dans leurs nouvelles maisons. Selon des informations que nous avons recueillies auprès des autorités qui se sont occupées du relogement des quelque vingt familles concernées, « la remise des clés aux bénéficiaires est désormais une question de jour ». Notre source à la National Empowerment Foundation (NEF) précise: « Nous devons faire vite, car les conditions de vie des familles à l’usine sont précaires. » Actuellement, des formalités administratives sont en cours. Ces procédures concerne le remboursement du logement dont bénéficie chaque famille. La livraison des maisons ne saurait tarder, d’autant que celles-ci sont prêtes depuis plusieurs mois. Elles sont connectées à l’eau et à l’électricité. Le terrain a été asphaltée il y a peu. Entre-temps certaines familles ont commencé à entretenir leur cour et à planter. Toutefois, durant les grosses pluies de février à mars dernier, l’eau s’est introduite dans des maisons. Alertée, la NEF a promis aux familles dont les maisons nécessitent des travaux d’étanchéité, que des réparations seront faites.
Vendredi prochain, cela fera deux ans depuis que les familles et leurs enfants ont été relogées dans l’usine désaffectée. Deux ans après, elles se disent fatiguées de vivre dans un bâtiment humide, dépourvu de facilités et dans la promiscuité. « Nous ne comprenons pas pourquoi les autorités nous font attendre autant de temps avant de nous remettre nos clés. Elles ont tardé avec les travaux d’asphaltage, alors que les maisons étaient déjà prêtes. Nous voulons quitter cette usine le plus vite », confient des familles. A l’usine, personne ne sait encore quand se fera la livraison des maisons et que la NEF espère remettre les clés aux prochains propriétaires « dans les jours qui viennent. »