Quelque 125 écoliers de Grade 4 issus des écoles St Mary RCA et St Pierre RCA, à Moka, ont été initiés à l’agro-pédagogie, apprenant ainsi à se familiariser avec les plantes médicinales du potager de l’arrière-cour de leurs écoles. L’idée revient à l’association Vélo Vert, qui a vu la participation de l’ENL Foundation. Ce programme a été lancé à titre d’essai dans ces deux écoles primaires. Les élèves ont reçu un certificat de participation.
C’est sur une période de six mois que les élèves ont appris à maîtriser les bases essentielles de l’agriculture et comprendre les bienfaits que certaines plantes et légumes ont sur notre organisme. Tenu toutes les semaines, le cours, proposé aux élèves de la St Mary RCA et de la St Pierre RCA, leur a permis d’aménager un potager, de l’entretenir et d’apprendre à récolter les fruits de leur labeur. Baume du Pérou, orthosiphon, laitue, maïs et thym sont autant de plantes avec lesquels les petits de l’école St Mary se sont familiarisés.
Selon Mario Radegonde, Head of CSR de l’ENL Foundation, cette initiative figure dans le plan social d’ENL pour le développement de Moka. Ainsi, toute une structure du programme d’agro-pédagogie a été mise en place. « C’est un signal fort qui démontre le travail entrepris sur le terrain par la fondation auprès des habitants, qui veulent à leur tour aider leurs pairs en faisant avancer leur région. ENL a toujours favorisé l’entrepreneuriat et nous espérons que la Smart City sera propice au développement dans la région. Cette démarche ne résulte pas en un simple projet sur l’agriculture car nous avons pu voir l’enthousiasme que cela a suscité chez les écoliers », note Mario Radegonde.  
À la suite de cette formation, les participants ont reçu un certificat, qui leur a été remis par l’association Le Vélo Vert. Géraldine d’Unienville, présidente du Vélo Vert, souhaite pérenniser ce programme dans ces deux écoles et le porter au niveau national. « Ce qui distingue le projet d’ENL et Le Vélo Vert des initiatives similaires déjà existantes dans plusieurs écoles du pays, c’est que nous encourageons le ministère de l’Éducation à inclure ce cours dans le système académique afin qu’il ne reste pas une activité ludique, mais bien un cours de base, essentiel au développement de l’enfant. Que ce geste qui était naturel à l’époque de nos grands-parents puisse être adopté par nos enfants au quotidien ?! Nous sommes heureux de l’accueil reçu du ministère de tutelle, qui croit en la viabilité d’un tel projet, qui bénéficierait à la population entière et correspondrait totalement aux actions déjà engagées par l’éducation nationale », a-t-elle déclaré.