La faiblesse de l’euro et la surévaluation relative de la roupie constituent une source d’inquiétude, selon le vice-Premier ministre et ministre des Finances, qui s’adressait à la mi-journée aux membres de l’Amcham. Xavier-Luc Duval a révélé que la question fait l’objet de discussions avec les autorités concernées. La situation monétaire sur le plan international et à Maurice figure à l’agenda du nouveau Monetary Policy Committee, dont la composition a été revue cette semaine et qui se rencontrera lundi. Le vice-Premier ministre et ministre des Finances a observé que l’évolution de la crise économique internationale est suivie de près par les autorités mauriciennes et qu’elle a définitivement des répercussions sur l’économie locale. « Cependant, si la situation donne lieu à des inquiétudes et qu’il s’agit de rester sur nos gardes, il n’y a aucune raison de s’alarmer », a déclaré Xavier-Luc Duval. « The situation is not alarming. We are still forcasting growth and even worst case scenario », a lancé le VPM et ministre des Finances. Xavier-Luc Duval a noté que les secteurs traditionnels restent résilients. Les arrivées touristiques ont enregistré une croissance de 2,5 % en février par rapport à la même période l’année dernière. « Nous pouvons faire mieux grace à une politique de marketing conjoint entre la MTPA et l’industrie hôtelier et une politique d’accès aérien », a fait valoir le Grand argentier.
Xavier-Luc Duval a estimé que la situation dans les différents secteurs de l’économie comme le BPO ICT, le seafood hub, le global business se porte bien. Ainsi le secteur Global Business a-t-il enregistré une croissance de 36 % du nombre d’entreprises opérant dans ce secteur en janvier et février.
Plus intéressant, le nombre d’entreprises indiennes utilisant Maurice pour des investissements en Afrique est en nette croissance. Ces investissements sont estimés à 2,27 milliards de dollars entre avril 2011 et février de cette année. « C’est la preuve que le DTAT est bénéfique aussi bien pour Maurice que pour l’Inde », a soutenu le VPM et ministre des Finances.
Le Grand argentier a aussi souligné que selon le département américain, Maurice est classée parmi les pays où le risque de blanchiment est le plus bas.