Premiers clip vidéo de la Fondation pour l’Interculturel et la Paix et un disque avec les voix de Neetusha Ramprogus, Eric Triton et d’un choeur d’enfants, « Hum Prem Ke Panchi Hein » (Anou viv kouma zenfan), est un superbe hommage à tous ceux qui oeuvrent pour l’humanité.
La FIP (Fondation pour l’Interculturel et la Paix) a clôturé son exposition « Tous parents/tous différents » sur une belle note musicale. Un clip réalisé par Wassim Sookia a aussi été présenté à la HSBC, à Port-Louis, mardi, pour marquer la fin des activités de la FIP pour 2011. La Fondation se réjouit d’avoir trouvé des partenaires en l’Institut de l’Éducation et la HSBC pour aller sur le terrain et voir comment les enfants pensent l’interculturel. Presque un an d’apprentissage et d’expression de leur perception de l’interculturel : l’entreprise n’a pas été facile dans toutes les écoles du pays. Mais les partenaires déjà engagés dans l’éducation à la citoyenneté et les responsables de la FIP ont entrepris un travail des plus aventureux. Le clip réalisé dans le contexte du Projet pour l’interculturel rassemble les meilleurs talents du pays : Neetusha Ramprogus, Eric Triton et les enfants (voix), Nandkumar Ramdin, Sedley Assonne, Sarojini Bissessur-Asgarally (paroles), Wassim Sookia (images). « Hum Prem Ke Panchi Hein (Anou viv kouma zenfan) » se déroule comme une longue mélodie enjôleuse qui tient à la fois du récit et du chant. Le timbre clair de Neetusha se mêle à la voix voilée et mate d’Eric Triton pour créer des rythmes euphorisants. La chanson expérimentale est en créole et en français avec une grande liberté et beaucoup d’inspiration. La chanson est aussi agrémentée de juvéniles choeurs — en majorité féminins — qui, haut perchés, entament : « Nous sommes l’héritage qui n’a pas de prix/ Nous sommes les messagers de la paix/ Nous sommes l’histoire de demain/ prenez soin de nous maintenant/ le monde sera meilleur… » Eric Triton nous rappelle qu’en tant qu’artiste, il se bat depuis 31 ans pour l’unité. Il a accepté sans hésitation un projet en ligne avec sa vision d’une île Maurice meilleure et l’exploitation de notre richesse culturelle. Il émane de sa collaboration avec Neetusha Ramprogus et les autres une tornade émotionnelle. Mais la chanson et le clip vidéo touchent justement par leur simplicité et leur retenue. Les esprits chagrins crieront leur manque de conviction. Les autres se réjouiront d’avoir trouvé dans ce projet musical et visuel un compagnon de route généreux et humain.