La direction du DY Patil Medical College, représentée par le directeur Raj Bappoo, époux de la ministre de la Sécurité sociale, et le Dr Rakesh Sharma, Dean de ce collège médical, est venue de l’avant pour contester des allégations formulées par des étudiants en médecine. Ils contestent le fait que des étudiants non reconnus par le Medical Council se seraient engagés dans des pratiques illégales de médecine auJawaharlal Nehru Hospital.
Intervenant, en fin de semaine, le Dr Sharma a commenté les procédures d’accréditation des cours proposés. “Dans certains pays, c’est le Medical Council qui donne l’accréditation pour les cours de médecine. À Maurice, c’est la TEC qui l’accorde. Pour cela, nous avons dû toutefois soumettre un document d’un millier de pages au Medical Council. Par ailleurs, nous sommes affiliés à la University of Technology (UTM), qui est l’awarding body”, dit-il.
Dans un premier temps, le DY Patil Medical College a obtenu l’accréditation auprès de la Tertiary Education Commission (TEC) sur une base annuelle à partir de 2010, puis, suite à des visites d’évaluation, pour une période de 4 ans en 2013. Cette accréditation de 4 ans concerne les études menant à des spécialisations (Postgraduate). Par ailleurs, l’établissement a reçu l’accréditation pour la formation des aspirants médecins au MBBS depuis juin 2013.
Il a, néanmoins, concédé qu’un problème d’enregistrement auprès du Medical Council existe pour 16 étudiants en raison des amendements au Medical Council Act, l’année dernière. Ces étudiants doivent avoir trois ans d’expérience dans leur pays avant d’être enregistrés à Maurice. “Nous avons demandé au ministère de travailler sur cette question afin que nos étudiants médecins ne soient pas penalisés”, a-t-il ajouté.
“Aucun médecin non accrédité ne traite les patients. Ils sont en formation sous la supervision des consultants”, a fait ressortir le Dean du DY Patil Medical en guise de réponse aux accusations de pratique illégale de médecine. Il a précisé que seuls les étudiants enregistrés auprès du Medical Council de Maurice ont accès aux patients et sont autorisés à pratiquer des examens cliniques. Pour les autres, ils ne participent à la formation qu’en simples observateurs.
Il a élaboré sur les conditions nécessaires pour s’inscrire aux Post-graduate Courses. “Les étudiants doivent obtenir leur MBBS d’une université reconnue. Ils doivent avoir fait leur internat et être enregistrés comme médecin dans leurs pays et avoir pratiqué comme généralist pendant 18 mois. Lorsqu’ils arrivent ici, ils passent par un examen médical pour s’assurer qu’ils sont en bonne santé. Ce n’est qu’après qu’ils peuvent demander un visa d’étudiant pour la durée du cours”, dit-il.
De son côté, Raj Bappoo a énuméré la liste des chargés de cours, soit 17 au total, leurs qualifications ainsi que leur expérience professionnelle comme pour répondre aux allégations à l’effet que “les lecturers ne sont pas qualifiés.” Il précise que l’institution a mis sur pied un comité d’éthique qui se charge de veiller aux bonnes pratiques. Les Postgraduate Students effectuent leur clinical training à l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, suite à la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) avec le ministère de la Santé. “Ils participent également au night shift”, a-t-il précisé.