Il ne fallait pas connaître le répertoire de Earth Wind and Fire sur les bouts des doigts pour s’éclater au concert du groupe américain, hier soir ! La salle debout et dansant l’a prouvé. Et l’absence d’Al McKay, l’unique, le lead guitar et le membre d’origine du groupe de funk phare des eighties, ne s’est pratiquement pas fait ressentir. Tim Owens, Claude Woods et Devere Duckett, les trois chanteurs qui composent le front line du groupe de 13 musiciens ont rapidement distillé les bonnes vibes à une foule conquise dès le départ…
On se serait cru à Las Vegas ou à Los Angeles ! Avec un spectacle digne des grands groupes US, servi par toute la grosse artillerie : son pluriel et dense, transpirant le bon vieux funk qui donne immédiatement des fourmis dans les jambes et fait frétiller le corps ; jeux de lumières très 80’s que l’on se serait cru dans une immense salle de disco ! Et pour couronner le tout, des musiciens habités par leur musique, soutenus par un trio de chanteurs rivalisant de talent !
Earth Wind and Fire experience n’est peut-être pas la formation d’origine des années 80 qui a écumé les salles de concerts et les festivals et qui a fait les beaux jours de milliers de personnes dans le monde, y compris à Maurice. Earth Wind and Fire experience est certainement une machine très bien huilée — presque trop, selon certains mélomanes, ce qui rend la musique si clean qu’elle sonne par moments aseptisés. Mais leur magie fait toujours mouche !
L’agence Immedia connaît peut-être quelques petits soucis, cette année, relevant d’une certaine malchance, peut-on dire — l’absence d’Al McKay, attendu jusqu’à la dernière minute et qui s’est retrouvé sans passeport pour faire le déplacement, ou un instrument qui n’a pas suivi l’un des musiciens, par exemple. Cependant, comme pour conjurer ce mauvais sort, la musique et le talent indiscutable des artistes, ont, une fois encore, triomphé de tout.
Et, cerise sur le gâteau, le public mauricien semble enfin s’être réveillé de sa torpeur ! Et c’est tant mieux ! L’assistance présente au concert de Earth Wind and Fire experience hier soir au Swami Vivekananda Centre (SVICC) de Pailles a communié avec les artistes américains dès le quatrième morceau ! Il fallait voir les mines ravies, les immenses sourires, les petits groupes ne pouvant plus rester en place, quittant leurs sièges pour venir danser avec les artistes, devant la scène.
Certes, ceux qui se trouvaient au premier rang, face à la scène, ont peut-être maudit ces fans plus qu’enthousiastes. Mais l’humeur était à la fête et personne ne s’est vraiment plaint de cette grande vague d’énergie qui a déferlé sur le SVICC hier soir.
La censure était pratiquée, une fois encore : nul n’avait le droit de rester de marbre face aux bonnes vibrations émanant des 12 membres de Earth Wind and Fire experience ! La foule s’est déchaînée quand sur les quelque 60 minutes du concert, le groupe a entamé son dernier round, avec le classique Fantasy qui n’a pas pris une seule ride.
September, Boogie wonderland, en guise de rappel, et Let’s groove ont été le point d’orgue d’une soirée très forte en émotions et où très peu de ceux qui étaient présents dans la salle n’ont pas rejoint l’immense piste de danse !
Les choix d’Immedia en matière d’artistes étrangers invités pour marquer ses 25 ans s’avèrent des plus judicieux et jouissifs !