Vishnu Lutchmeenaraidoo ambitionne de placer Maurice dans le groupe des 15 premiers pays dans le cadre de l’indice de l’Ease of Doing Business établi par la Banque mondiale. Dans une déclaration à la presse lundi, le ministre des Finances a affirmé que cette question est prise « très au sérieux » par le Board of Investment (BOI), qui abat, dit-il, « un gros travail ». Il a annoncé que le représentant de la Banque mondiale pour Maurice ainsi que le secrétaire financier Dev Manraj, qui est également président du Fast track Committee chargé de se pencher sur les grands projets d’investissements, ainsi que Raj Makoond, CEO de Business Mauritius, prêteront main-forte au BOI. « Nous travaillerons étroitement avec le secteur privé », a-t-il ajouté.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a ainsi annoncé l’introduction d’une série de mesures et de réformes susceptibles de permettre à Maurice de se retrouver parmi les 15 premiers pays dans le groupe de l’Ease of Doing Business d’ici trois ans. Ces mesures comprennent, entre autres, le traitement des dossiers d’applications des entreprises en ligne. Les permis concernant la fourniture d’eau et d’électricité ainsi que ceux permis obtenus des municipalités ou des conseils de district seront également traités “on line”, a-t-il mentionné. Poursuivant, le ministre a insisté sur l’importance de la simplification des procédures à tous les niveaux, non seulement pour les investisseurs locaux et étrangers mais également pour les Petites et moyennes entreprises.
Maurice est en tête des économies subsahariennes au  niveau de l’indice de l’Ease of Doing Business établi par la Banque mondiale. Le pays est suivi du Rwanda (62e), du Botswana (72e) et de l’Afrique du Sud (73e). Sur le plan mondial, le pays occupe la 32e place sur un total de 189 économies.