L’apport important de ces derniers jours en pluviométrie est bénéfique pour nos réservoirs. C’est le constat effectué par la Central Water Authority (CWA) après un relevé des différents taux de remplissage de nos réservoirs. À hier après-midi, ces derniers étaient remplis à moitié et ce chiffre pourrait bien être dépassé au fur et à mesure qu’il pleuvra et que l’eau des rivières atteindra les réservoirs.
Le taux de remplissage du plus grand réservoir de l’île, Mare-aux-Vacoas, a grimpé de 56,7 % le 26 novembre à 58 %, hier après-midi. Ce qui représente un apport d’au moins 500 000 m3 d’eau. Même tendance en flèche pour la moyenne du taux de remplissage de nos réservoirs pour la saison qui est normalement à 51,7 % et avec l’apport des grosses averses généralisées, la moyenne est de 49,4 %. « On s’approche sûrement de la moyenne pour la période », affirme Bishek Narain, responsable de la Communication à la CWA. Les eaux des rivières qui continuent de converger vers les réservoirs contribueront de manière certaine à faire grimper le taux de remplissage, ajoute notre interlocuteur.
En contrepartie, les grosses averses ont perturbé la production d’eau au Pailles Treatment Plant. L’eau boueuse a obstrué les filtres et en conséquent la production d’eau a chuté de 50 %. Les régions situées en hauteur risquent de voir une baisse de la pression d’eau. Les régions concernées par cette situation sont Vallée-Pitot, Tranquebar, Pailles, Plaine-Verte, le centre de Port-Louis, Guibies et le Ward IV de la capitale. Pour faire face à cette situation, la CWA a dépêché sur les lieux des camions citernes. La CWA, pour rappel, a instauré six emergency cells par région, afin de mieux répondre aux doléances et besoins du public. Ces unités sont prêtes à intervenir après 16 h, durant les week-ends et jours fériés.
La CWA encourage par ailleurs la population à tirer profit de l’abondance de pluies pour collecter l’eau pour les besoins d’arrosage et de nettoyage et recommande également de faire bouillir l’eau du robinet avant la consommation, pour des raisons sanitaires.