Alors qu’il y a à peine trois mois, tous nos réservoirs affichaient un taux de remplissage de 100%, la situation de l’eau dans le pays commence à montrer des signes d’affaiblissement. Et la situation des nappes phréatiques est d’autant plus inquiétante, selon la Central Water Authority (CWA), qui se préoccupe de la baisse drastique du niveau des forages. Une situation due à la pluviométrie déficitaire de ces quatre derniers mois comparée à la moyenne, selon le CWA. Pour l’immédiat, c’est principalement la région Est, largement dépendante des nappes phréatiques pour son approvisionnement en eau, qui est la plus affectée. Depuis la semaine dernière, la CWA a, en effet, revu ses horaires de distribution dans plusieurs région de l’Est.  
Depuis une semaine, les officiers de la CWA se mobilisent pour assurer une distribution adéquate de l’eau dans la région Est. Pour cause, l’organisme a dû procéder à des coupures d’eau en revoyant ses horaires de distribution. Cela, en raison de la situation alarmante des nappes phréatiques sur lesquelles dépendent la plupart des régions de l’Est pour leur approvisionnement en eau. À titre d’exemple, les nappes phréatiques de Belle Rose/Clémencia et de Caroline accusent, depuis deux semaines, une baisse drastique. Face à la situation, les horaires de distribution ont été revus pour les villages de Trou d’Eau Douce, Bramsthan, Camp Ithier, Camp Marcelin, Victoria, Quatre Soeurs, Grand Sable et les alentours. La CWA est ainsi contrainte d’effectuer des coupures en fonction des régions.
Outre l’identification des ressources secondaires qui seront déployées au fur et à mesures, des camions citernes ont aussi été mis à contribution pour assurer la distribution d’eau chaque jour. Deux pompes ont également été installées au niveau de Pont Lardier, une contribution d’environ 6,500m3 quotidiennement au réservoir de Belle-Rose. Bishek Narain, responsable de communication à la CWA, explique cette situation en avançant la pluviométrie déficitaire de ces quatre derniers mois comparée à la moyenne. À titre d’exemple, la région Est, qui, en juillet, enregistre en moyenne 116mm de pluie, n’a enregistré le mois dernier que 94mm, soit 81% seulement. Pour le mois de juin, l’Est n’a enregistré que 99mm (80%) contre 123mm en général, alors qu’au mois de mai, la région a enregistré seulement 67mm (37%) contre 180mm en moyenne générale.
Si la situation dans l’Est est alarmante, le niveau des nappes phréatiques autour de l’île préoccupe la CWA. Le taux de fluidité de la rivière Terre Rouge (Trianon) est 35% seulement de la normale. Celui de Rivière Citron et celui de Rivière du Poste dans le Sud est inférieur à 40%, alors qu’au niveau de la Rivière des Anguilles, le taux de fluidité est de seulement 38.5%. Celui de la Rivière Patate s’élève à 26.2% alors que la Rivière Beau Champ est complètement à sec. À la CWA, la situation est suivie de près pour parer à toute éventualité, tenant compte des mois secs qui arrivent.