« Il n’y a pas de fuite dans le réservoir de Mare-aux-Vacoas et on ne détourne pas l’eau des rivières qui alimentent ce réservoir. S’il n’y a pas assez d’eau dans ce réservoir, c’est que les pluies sont déficitaires depuis septembre 2010 dans cette région du pays ». C’est ce qu’a soutenu au Mauricien le Deputy Prime Minister et ministre des Services publics Rashid Beebeejaun, après sa conférence de presse d’hier où il a annoncé une hausse des tarifs de l’ordre de 35 % pour l’eau potable et les eaux usées (voir tableau plus loin).
L’ambition du gouvernement, dit le DPM, est toujours de fournir à la population de l’eau en grande quantité et pendant des durées plus longues, comme c’est le cas dans le nord et dans l’est du pays où elle s’étale entre 18 et 24 h dans certaines régions. Les autorités responsables de l’eau, la Central Water Authority (CWA), la Water Resources Unit (WRU) et la Wastewater Management Authority (WMA), planchent sur cette question. « Il n’y a pas une seule réponse à la question de savoir si on peut fournir plus d’eau à la population dans les années à venir », a répondu M. Beebeejaun à une question du Mauricien. « On peut construire autant de barrages qu’on veut mais s’il n’y a pas de pluies, ils ne se rempliront pas », observe-t-il. Pour atteindre cet objectif, le réseau de distribution doit être modernisé et les vieux tuyaux remplacés afin de pouvoir réduire la perte d’eau dans le système, qui dépasse 40 % de la production. « Dans certains endroits, dès qu’on lâche de l’eau dans les tuyaux, ceux-ci explosent et on perd cette ressource », lâche le DPM. Le directeur général p.i. de la CWA, Dev Aukle, rappelle que ces tuyaux datent de plus de cent ans et demandent à être remplacés. De plus, ajoute Rashid Beebeejaun, Maurice doit prendre l’exemple de Rodrigues où les habitants ont une expérience de collecte des pluies. Le système de traitement des eaux doit être revu pour qu’il n’y ait aucun problème de réutilisation après le traitement. Actuellement, ces eaux sont jetées après traitement à la mer car beaucoup d’agriculteurs ne veulent pas les utiliser à des fins d’irrigation. « Il nous faut résoudre cette question », fait ressortir M. Beebeejaun, mais aussi celle concernant l’utilisation per capita d’eau à Maurice qui est de 167 litres actuellement contre 140 à Singapour. « Nous devons réduire ce taux de consommation », déclare le DPM. Finalement, les droits d’eau sont également en révision, a-t-il assuré. Pour l’instant, les autorités butent sur un problème de collecte des données. Elles vont y remédier en introduisant des règlements à cet effet.
Revenant sur le problème de manque d’eau à Mare-aux-Vacoas, qui n’est rempli qu’à 32 % de sa capacité, Dev Aukle rappelle les nombreuses mesures prises depuis la fin de l’année dernière pour alimenter la population desservie par ce réservoir. La rivière du Poste a été connectée à Mare-aux-Vacoas ; deux sources additionnelles provenant des rivières Terre-Rouge et Profonde ont également été connectées, outre la déviation de l’eau du réservoir de Mare-Longue vers la station de traitement de La Marie. Celle-ci est déjà en service et donne un débit de 22 000 m3 d’eau quotidiennement. Mais, ce n’est pas pour autant que la fourniture d’eau sera améliorée dans les Plaines-Wilhems car, fait ressortir M. Aukle, « si la CWA continuait à puiser 60 000 m3 d’eau de Mare-aux-Vacoas quotidiennement, le stock actuel serait épuisé avant la fin de l’année ». « L’eau en provenance de Mare-Longue nous permet de réduire la production de MAV de 20 000 m3 pour qu’elle dure le plus longtemps possible en attendant les grosses pluies d’été. Les mesures de rigueur restent, donc, en place », fait-il remarquer.