À l’exception de la construction d’un barrage d’une capacité de 14 millions de mètres cubes d’eau à Bagatelle, la Water Resources Unit travaille sur de nouveaux projets qui devraient garantir la fourniture d’eau potable aux consommateurs pour les quatre à cinq prochaines décennies.
Dhaneshwar Deepchand, directeur de la Water Resources Unit (WRU), a annoncé au Mauricien que l’organisme entame en ce moment les travaux pour la construction d’un barrage de déviation d’une longueur de 200 mètres et de 16 mètres de haut sur la Rivière-du-Poste en vue de collecter l’eau traversant dans cette rivière pour améliorer l’approvisionnement à Rose-Belle et Mahébourg.
Le coût du projet est estimé à Rs 250 millions. La Rivière-du-Poste est la source principale d’alimentation de Mare-aux-Vacoas. Cette eau est déviée dans un canal d’une capacité de 250 000 m3/j. Parfois, ce canal déborde et l’on perd cette eau. Le barrage collectera alors toute cette eau. Un nouveau barrage sera ensuite construit sur la Rivière-des-Anguilles pour améliorer la fourniture d’eau sur toute la côte ouest et sud entre Plaisance et Gris-Gris. « Nous devons, dès maintenant, prévoir tout éventuel développement qui aura lieu dans cette région dans les prochaines années », dit le directeur de la WRU.
Dans l’est, la WRU va réhabiliter le vieux réservoir de La Ferme en vue d’augmenter sa capacité. Le mur autour du réservoir sera rehaussé d’un mètre, ce qui devrait permettre la collection d’un volume additionnel de 2,5 millions de mètres cubes d’eau. Cette partie du pays s’attend à de grands développements dans les années qui suivent. Dans le Nord, une étude de faisabilité est en cours pour augmenter la capacité de La Nicolière.
Commentant certains propos tenus durant la récente période de sécheresse, Dhaneshwar Deepchand explique que la partie la plus développée du pays est les Plaines-Wilhems. « Des gens proposent de puiser l’eau dans la Grande-Rivière Nord-Ouest (GRNO) pour alimenter cette région. Il faut savoir qu’il n’y a pas de place pour construire un barrage sur cette rivière. Ensuite, comment acheminer cette eau vers les Plaines-Wilhems et à quel coût ? » s’interroge le directeur de la WRU.
S’agissant de Mare-aux-Vacoas qui continue à se remplir, Dhaneshwar Deepchand indique que ce réservoir a été conçu dans les années 60 pour fournir un volume de 60 000 m3/j. « Le nombre de canaux alimentant Mare-aux-Vacoas a été augmenté et nous avons pu puiser environ 90 000 m3/j. Avec la demande grandissante pour l’eau potable, nous y puisons environ 110 000 m3/j. Il est donc normal que lorsque les pluies ne tombent pas, le niveau d’eau dans ce réservoir diminue », fait ressortir le directeur de la WRU. Il ajoute qu’un projet est en cours dans cette région pour augmenter le volume d’eau collecté par ce réservoir de 10 millions de m3.
Selon Dhaneshwar Deephand, Mare-aux-Vacoas fonctionne bien et s’il continue à pleuvoir, son niveau de remplissage va augmenter. « Il nous faut maintenant le gérer correctement durant les prochains mois », dit-il. Quant à l’eau souterraine, le directeur de la WRU fait ressortir qu’environ 500 forages ont été construits depuis l’indépendance, ce qui nous donne environ 50 % de notre consommation en eau potable, soit environ 120 millions de mètres cubes annuellement.
« Nous possédons donc une capacité de quatre à cinq réservoirs d’eau potable sous terre », souligne Dhaneshwar Deephand. Mais, ajoute-t-il, les nappes phréatiques aussi ont leur limite. « Nous ne pouvons les exploiter de manière irrationnelle. Elles auront autrement des conséquences sur d’autres choses », déclare le directeur de la WRU.