La Financial Services Commission, régulateur du secteur des services financiers non bancaires, a signé le protocole du comité régional des régulateurs des marchés de capitaux d’Afrique et du Moyen-Orient (AMERC) membres de l’International Organisation of Securities Commissions (IOSCO).
C’est la Chief Executive de la FSC, Clairette Ah-Hen, qui a signé ce document le 18 septembre dernier lors de la tenue de la conférence annuelle de l’IOSCO, au Luxembourg. La FSC est déjà signataire du Multilateral Memorandum of Understanding de l’IOSCO et fait partie de l’instance IOSCO-AMERC. « Nous pensons que la signature de ce protocole intensifiera davantage la coopération avec les régulateurs africains. Cette démarche de la FSC témoigne de l’engagement de l’institution régulatrice à échanger des informations et à renforcer la coopération mutuelle avec d’autres membres de l’AMERC », a déclaré Clairette Ah-Hen.
L’AMERC apporte son soutien total au protocole multilatéral de l’IOSCO et encourage ses membres à signer ce document. Les membres de l’AMERC , indique un communiqué de la FSC, reconnaissent la coopération au niveau des régulateurs, laquelle tient compte des besoins des différentes parties d’échanger des informations d’ordre général sur des sujets touchant à la réglementation des marchés, l’expertise technique, la surveillance des opérations, l’éducation des investisseurs et les risques systémiques.
Notons que l’AMERC regroupe les régulateurs de 25 pays et que ses réunions sont axées sur le partage de données, la promotion de la transparence au niveau des transactions et la coopération pour améliorer le cadre régulatoire. Ses membres sont : la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (Algérie), la Banque centrale de Bahreïn, l’Egyptian Financial Supervisory Authority, la Securities and Exchange Commission du Ghana, l’Israel Securities Authority, la Johannesburg Stock Exchange (Afrique du Sud), la Jordan Securities Commission (Jordanie), la Capital Markets Authority du Kenya, la Banque centrale du Malawi, la Financial Services Commission de Maurice, le Conseil déontologique des valeurs mobilières du Maroc, la Securities and Exchange Commission du Nigeria, la Nigerian Stock Exchange, la Capital Market Authority de l’Arabie Saoudite, la Capital Market Authority du sultanat d’Oman, le Financial Services Board d’Afrique du Sud, la Syrian Commission for Financial Markets and Securities, la Capital Markets and Securities Authority de Tanzanie, le Conseil du marché financier de Tunisie, la Capital Market Authority de l’Ouganda, la Securities and Commodities Authority des Émirats Arabes Unis, le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de l’Union monétaire d’Afrique de l’Ouest, la Securities and Exchange Commission de Zambie et l’Union of Arab Securities Authorities. A noter enfin que la Dubai Financial Services Authority est admise en tant que membre associé.