Le président du Front Commun des Commerçants (FCC) Raj Appadu, dans une lettre adressée à la municipalité de Port-Louis, somme cette dernière de régler le problème des marchands ambulants avant de réclamer la deuxième tranche des Trade Fees. De l’autre côté, Santosh Ramnauth, président de la Shop Owner’s Association(SOA), ne cache pas sa déception quant au maintien de l’augmentation des patentes de janvier dernier dans les villages.
Raj Appadu rappelle que les commerçants se sont acquittés de la première tranche des Trade Fees pour la période de janvier à juin 2014 mais qu’»ils n’ont pu exercer librement leurs activités commerciales.» Cela, en raison de «l’incapacité à assumer, comme il se doit, vos responsabilités en vertu des lois de la Local Governement Act de 2011.» Autrement dit, en raison de la prolifération des marchands de rues qui contrairement à eux, ne paient aucune patente pour pouvoir opérer.
Il souligne en outre qu’au nom des commerçants, ils n’ont aucunement l’intention de répondre positivement à l’appel de la deuxième tranche de paiement.
Le président du FCC réitère, donc, son appel de faire prévaloir les règlements en vigueur pour que les commerçants puissent eux aussi s’y conformer comme tel a toujours été le cas dans le passé.
Raj Appadu réclame le gel des Trade Fees et prône, à leur place, une Registration Fee.
Du côté de la SOA qui s’exprimait face à la presse, dans la semaine, Santosh Ramnauth déplore que contrairement aux municipalités, les Conseils de districts n’ont fait aucun geste pour réviser les Trade Fees.
«Nous sommes dépités et déçus mais continuons à nous battre pour que les trade fees soient revus à la baisse», dit-il à Week-End. (…) «Et si rien ne change, ce ne sera que de la discrimination dans son état la plus pur. Ne sommes-nous pas tout autant affectés que les villes?», se demande Santosh Ramnauth. Avant de déclarer que les promesses pour revoir à la baisse les frais de patentes ont été vaines.
En ce qu’il s’agit de l’action en justice contre l’augmentation des frais de patentes, initiée par le groupe de pression, au début de l’année, soulignons que l’affaire a été renvoyée au 12 septembre prochain.
Malgré tout, la SOA soutient que contrairement au FCC, ses membres n’ont nullement l’intention de résister et de ne pas s’acquitter des frais: «Nous ne pouvons prendre les lois dans nos mains mais nous attendrons certainement la dernière minute pour le faire.»
Interrogé au sujet du boycott préconisé par le FCC, Racheed Daureeawoo, président de l’Association of Urban Authorities (AUA) à l’origine de la révision des Trade Fees, déclare que le paiement des patentes n’a rien à voir avec le problème des marchands ambulants et il se désole de la position adoptée par le groupe. Il cite, à titre d’exemple, la Road Tax: «Ce n’est pas parce que la route est mauvaise qu’on ne paie pas la taxe. Cela revient au même dans le cadre de la position adoptée par le FCC.»
S’agissant des doubles frais payés par les stakeholders du secteur touristique, le Conseil des ministres a pris note, vendredi, que des amendements seront apportés à la Tourism Authority (Tourist Enterprise Licence Fees). Ces amendements prévoient, entre autres: (b) the payment of the difference between the Tourist Enterprise Licence Fees and the Trade Fees to the Tourism Authority in respect of the tourism activities as from 1 January 2015; et (c) no fee to be paid by an applicant of a Tourist Enterprise Licence to the Tourism Authority in the event where the Trade Fees exceed or equal to the amount to be paid as Tourist Enterprise Licence Fees.