À une semaine de l’assemblée des délégués du MMM pour avaliser le Remake 2000, l’ex-président de la République sir Anerood Jugnauth et le leader de l’opposition Paul Bérenger engageront des discussions cruciales sur la répartition des investitures au niveau des circonscriptions entre le MSM et le MMM. Pour la réunion de demain à La Caverne, le MSM pourrait être représenté par sir Anerood et Pravind Jugnauth, alors que Paul Bérenger devra avoir à ses côtés Alan Ganoo, membre du Front Bench de l’opposition à l’Assemblée nationale. D’aucuns affirment que demain, les deux dirigeants de l’opposition « discuteront serré » car les décisions entérinées devront figurer dans l’intervention de Paul Bérenger devant les quelque 500 délégués rassemblés, samedi, à la salle municipale de Belle-Rose. Les préparatifs pour la réunion de samedi ont atteint un stade avancé, les responsables ayant pris des dispositions pour un vote à bulletins secrets sur le Remake 2000 si cela s’avère nécessaire.
Les recoupements d’informations auprès de sources concordantes que ce soit au sein du MMM que du MSM indiquent que l’exercice de répartition des tickets selon la formule 30/30 dans les 20 circonscriptions s’avère être un sujet extrêmement délicat. Les leaders des deux principales formations engagées dans le Remake 200 ont multiplié ces derniers jours les consultations avec leurs principaux lieutenants pour tâter le pouls sur le terrain ou encore les garanties envers ceux des aspirants candidats ou “sitting members”, qui semblent être vulnérables à la nouvelle équation politique.
Principalement, quatre circonscriptions de Port-Louis et des Plaines-Wilhems constituent un casse-tête et les échanges de demain devraient permettre aux deux parties de mieux assimiler la situation et d’envisager des solutions de rechange à leur satisfaction. Les circonscriptions concernées sont :
• No 1 (GRNO/Port-Louis Ouest) : les trois représentants à l’Assemblée nationale sont des députés du MMM, soit Arianne Navarre-Marie, qui présidera l’assemblée des délégués de samedi, Jean-Claude Barbier et Veda Baloomoody, qui siège sur le Front Bench de l’opposition. Au niveau de la base dans cette circonscription, l’on rechigne sur toute présence du MSM sur le bulletin de vote pour les prochaines élections générales.
La personnalité de Sheila Grenade n’est pas vue d’un bon oeil suite aux démêlés politiques et personnels de cette dernière avec Jean-Claude Barbier, même si ces derniers temps des signes de dégel se sont fait voir. D’autre part, il est difficile à dire si le choix du MSM sur l’ancien président du Parti travailliste, Jean-François Chaumière, pour le No 1 pourra amener le MMM à changer d’avis sur la question.
• No 17 (Curepipe/Midlands) : la situation est encore plus problématique avec la présence d’Éric Guimbeau, leader du MMSD, sur la liste du Remake 2000. Il y a encore Steve Obeegadoo, secrétaire général du MMM et député de la circonscription et le néophyte Satish Boolell. Le MMM n’envisagerait pas de déplacer Satish Boolell à Belle-Rose/Quatre-Bornes (No 18), où Vijay Makhan continue à labourer le terrain politique en compagnie du député Kavi Ramano malgré son absence au Parlement.
Le cas du MSM se complique à Curepipe/Midlands vu que son choix de candidat à être confirmé, en l’occurrence Sunil Dowarkasing, ancien Senior Adviser de Pravind Jugnauth aux Finances, est l’une des deux personnalités politiques les plus controversées aux yeux de la direction du MMM et très contestées au niveau de la base.
• À Stanley/Rose-Hill (No 19), les observateurs politiques s’interrogent sur le poids des arguments élaborés par le MSM pour réclamer une investiture sous la bannière du Remake 2000. Le leader du MMM, Paul Bérenger, ne peut être contesté dans cette circonscription alors que Lysie Ribot bénéficie d’une immunité de par sa position dans la hiérarchie du parti en tant que présidente de la commission des femmes du MMM. Reste le député Deven Nagalingum, un des fidèles lieutenants du leader mauve.
• À Beau-Bassin/Petite-Rivière (No 20), le MSM se retrouve avec un autre os politique très dur composé du trio Rajesh Bhagwan, Kee Cheong Li Kwong Wing et Franco Quirin. Les permutations envisagées en vue d’accommoder un candidat venant des rangs du MSM, comme le déménagement de Kee Cheong Li Kwong Wing au No 2 de la capitale, n’arrivent pas à convaincre la base de Beau-Bassin, acquise à la cause de ses trois députés.
Toutefois, pour honorer l’engagement du remake 2000 avec 30/30, des solutions doivent être envisagées avec des circonscriptions rurales, dont Rivière-des-Anguilles/Souillac (No 13) avec les trois tickets allant à des candidats du MSM. Cette option ne pourra être exercée à Piton/Rivière-du-Rempart (No 7), où sir Anerood Jugnauth sera candidat, car le nom de Vishnu Lutchmeenaraidoo est donné comme étant l’un des deux colistiers du Shadow Prime Minister du Remake 2000. « Les discussions de demain ont pour objectif de déblayer les gros obstacles qui se présentent au sujet du positionnement dans les circonscriptions », confie-t-on dans les milieux politiques concernés.
Outre ces circonscriptions susmentionnées, les deux leaders devront se pencher dans l’immédiat sur d’autres équations politiques aussi délicates. Il y a le cas de Quartier-Militaire/Moka (No 8), où le leader du MSM, Pravind Jugnauth, est le Sitting Member of Parliament. Ashock Jugnauth, leader de l’Union Nationale, qui adhère au principe du Remake 2000, a toujours brigué le suffrage de l’électorat dans cette circonscription.
Le No 8 acceptera-t-il la double candidature des Jugnauth, Pravind et Ashock, lors de la prochaine joute électorale ? La question attend d’être tranchée. Pravind Jugnauth pourrait se retrouver avec deux choix géographiques diamétralement opposés, soit le Nord (Grand-Baie/Poudre-d’Or, No 6) à la place de Madan Dulloo, qui s’alignera probablement au Sud à Mahébourg/Plaine-Magnien (No 12), soit au Sud avec un come-back à Rose-Belle/Vieux-Grand-Port (No 11), avec pour adversaire direct le vétéran rouge Arvin Boolell.
À Savanne/Rivière-Noire (No 14), le député Alan Ganoo doit s’interroger sur l’identité de son colistier du MSM pour les prochaines élections générales. Avec ses déboires dans le scandale du siècle MedPoint et son inculpation provisoire par l’Independent Commission Against Corruption, Maya Hanoomanjee, élue aux deux dernières élections générales, part avec un handicap sérieux dans la course aux investitures sous la bannière MSM/MMM.
Après l’étape de demain, les dirigeants du MMM mettront le cap sur l’assemblée des délégués de samedi. Les préparatifs ont atteint un stade avancé avec des bulletins de vote déjà prévus, au cas où la nécessité d’un vote secret se ferait sentir. La constitution du MMM stipule que la motion pour le Remake 2000 doit être sanctionnée par une majorité d’au moins deux tiers à l’assemblée des délégués. Affaire à suivre…