À peine le Chief Guest pour le 44e anniversaire de l’indépendance et le 20e de la République, le président des Seychelles James Alix Michel, parti, les grandes manoeuvres politiques ont été enclenchées avec une initiative surprise du Premier ministre Navin Ramgoolam. L’Assemblée nationale, dont les travaux devaient reprendre mardi prochain, devait être prorogée avec l’ouverture d’une nouvelle session parlementaire annoncée pour le lundi 16 avril. Entre-temps, le leader du Ptr a réuni ses parlementaires à la State House pour un état des lieux politiques et des indications sur les développements à venir.
En attendant la proclamation de cette prorogation de l’assemblée nationale émanant de la State House, le leader de l’opposition Paul Bérenger décèle dans la démarche du Premier ministre des signes de panique. Il annonce « des développements politiques très importants dans les jours à venir ». Dans la conjoncture politique, le prochain “move” du président de la République sir Anerood Jugnauth, qui prévoit de se rendre en Inde le 22, est attendu avec une attention spéciale compte tenu des développements survenus le week-end dernier.
Dans la soirée d’hier, le Premier ministre a abattu une nouvelle carte dans le sillage des tractations en vue du Remake 2000 d’une alliance électorale entre le MMM et le MSM, avec sir Anerood Jugnauth annoncé comme Premier ministre fantôme. Après consultations avec ses principaux lieutenants au sein du gouvernement et ses conseillers, il a pris la décision de faire usage de ses prérogatives en vertu de l’article 57 (1) de la Constitution pour conseiller au président de la République de proroger l’actuelle session de l’Assemblée nationale.
Aux termes du nouveau calendrier proposé, les parlementaires bénéficieront d’au moins un mois de congé supplémentaire car l’ouverture de la nouvelle session est annoncée au lundi 16 avril avec la lecture par le président de la République d’un nouveau programme gouvernemental. Un communiqué émis par le Prime Minister’s Office tard dans la soirée d’hier souligne que « ce programme énoncera les priorités de l’action du gouvernement Ptr/PMSD jusqu’en 2015 tenant en compte la conjoncture économique mondiale ».
Pour ce qui est de la situation économique, le conseil d’administration du Fonds monétaire international doit se prononcer cette semaine sur le Staff Report for the 2012 Article IV Consultation sur Maurice avec la publication du Public Information Notice (PIN). L’une des principales conclusions du FMI est que « the outlook for 2012 is broadly positive but uncertainties have grown. Growth should be moderate given the adverse external environment. The main downside risks stem from a heavy dependence on the global economy, especially Europe. Potential spillovers to Mauritius from subdued partner country growth could materialize through reduced tourism, trade and foreign direct investment ».
Mise à exécution quasi-automatique
Le Premier ministre, qui prévoit d’animer une conférence de presse dans les jours à venir pour commenter l’actualité politique post-12 mars, a réuni les parlementaires de la majorité à Clarisse House pour un constat et une analyse de la situation. L’objectif majeur du nouveau programme gouvernemental du 16 avril pour le gouvernement est de se démarquer du premier discours-programme du gouvernement de la défunte Alliance de l’Avenir avec la défection du MSM depuis juillet dernier.
Force est de constater qu’à ce matin, la prorogation n’était pas encore effective selon les dispositions de la Constitution. Le président de la République n’avait pas encore apposé sa signature au bas de la proclamation officielle. Mais selon des sources bien renseignées, cette étape devait être franchie en cours de journée car la mise à exécution de cet Advice est considérée comme quasi automatique contrairement au débat par rapport à la recommandation du Premier ministre au président de la République pour procéder à la dissolution de l’Assemblée nationale.
Dans une première réaction officielle ce matin, le leader du MMM a déclaré que « clairement, le Premier ministre a paniqué à une semaine de la rentrée parlementaire. Il faut s’attendre à des développements politiques très importants dans les jours qui viennent ». Paul Bérenger n’a pas voulu ajouter d’autres précisions quant à cette prochaine étape dans la partie de poker politique qui se joue depuis quelques mois déjà.
Du côté du MSM, l’on préfère adopter une attitude cool quant à la prorogation de l’Assemblée nationale. « Nous suivons de près l’évolution de la situation politique. Pour l’instant, nous n’allons pas faire de déclarations. Nous allons réserver nos commentaires pour notre point de presse en fin de semaine », a déclaré ce matin le leader, Pravind Jugnauth.
Dans les rangs du MMM, l’on prend le soin de répondre presque sur le champ à la campagne orchestrée par certains au Parti travailliste à l’effet que « la reprise de l’Assemblée nationale a été renvoyée au 16 avril pour permettre la conclusion d’un accord électoral MMM/Ptr ». « Cette question d’alliance MMM/Ptr est complètement out », soutiennent des sources autorisées du côté de la rue Poudrière en s’appuyant sur les déclarations du leader du parti sur le Remake 2000 ou encore « l’Alliance du Coeur avec 60 candidats, dont des jeunes et des compétents ».
Toujours selon ces mêmes milieux, « la panique s’est installée dans le camp de Navin Ramgoolam après des développements politiques conséquents durant le week-end. » Mais ces sources n’ont pas voulu se montrer explicites quant aux changements cruciaux intervenus depuis vendredi quand les analyses au MMM soutenaient que « la majorité de plus de quatre pour mettre en minorité le gouvernement travailliste n’était pas encore constituée » ou encore que « des signes tendant à confirmer une éventuelle démission du président de la République n’étaient pas encore perceptibles ».
« N’en parlons pas ! »
Ainsi, d’ici le 22 mars, date du départ de sir Anerood Jugnauth pour une visite officielle dans l’État du Bihar en Inde, les faits et gestes du président de la République seront observés dans les moindres détails. Toutefois, lors de la Garden Party hier pour les fêtes de l’indépendance et de la république dans les jardins du Réduit, sir Anerood Jugnauth s’est gardé de commenter l’actualité politique. « Remake 2000, sa zistwar sa ! N’en parlons pas ! » devait-il lancer avec un signe d’énervement quand cette question a été abordée par la presse.
Le MSM se dit conscient qu’avec la formule de prorogation et de nouveau discours-programme, « Navin Ramgoolam veut tout simplement embarrasser sir Anerood Jugnauth dans la conjoncture politique ». Les sources au sein du Sun Trust n’ont pas voulu s’aventurer sur la marge de manoeuvre dans le nouveau contexte parlementaire.
Les premières Collateral Damages sont que :
– Prit Roopun du MSM perd ses fonctions de Deputy Speaker à l’Assemblée nationale, poste qu’il avait continué à occuper malgré la rupture de l’Alliance de l’Avenir et le départ du MSM dans l’opposition ;
– le rapport du Select Committee présidé par Nando Bodha sur la retransmission en direct des débats parlementaires devient caduc.
Par ailleurs, le Premier ministre bénéficie de cartes à redistribuer à ses parlementaires sous forme de fonctions de Deputy Speaker avec le backbencher Reza Issack donné comme favori ou encore Kalyanee Juggoo dans un maroquin ministériel suite à un hypothétique remaniement ministériel. Il y a également la recomposition d’une série d’instances parlementaires à la rentrée, soit le Public Account Committee, l’ICAC Committee ou encore le House Committee.
Les déclarations et commentaires du leader du Parti travailliste à ses troupes au lendemain des célébrations du 12 mars devront permettre de voir plus clair au niveau politique pour les jours à venir.