Le projet de réforme électorale, avec l’élimination de la déclaration ethnique pour des candidats à des élections générales et l’introduction d’une dose de proportionnelle, et le dossier de la IIe République feront l’objet d’ultimes manoeuvres politiques entre le Parti travailliste et le MMM en fin de semaine. Outre un nouveau tête-à-tête Ramgoolam/Bérenger à Clarisse House demain après-midi, et d’autres séances de travail subséquentes si nécessaire, lundi devra voir les instances de ces deux principales formations politiques, soit le comité exécutif du Parti travailliste et le bureau politique du MMM, se réunir pour prendre connaissance des derniers développements sur le plan politique et décider de la marche à suivre dans la conjoncture.
Aux dernières nouvelles, la direction du MMM a pris la décision de convoquer une  réunion spéciale du Bureau politique vendredi, soit après le rendez-vous Ramgoolam/Bérenger de Clarisse House de demain et avant la réunion du comité central mauve de samedi. Entre-temps, il était également question de contacts entre Paul Bérenger avec Nando Bodha au sujet des raisons derrière le froid au sein du Remake 2000 MSM/MMM.
Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a établi des contacts avec ses principaux lieutenants au sein du gouvernement en vue de tâter le pouls avant la réunion du conseil des ministres de vendredi, consacrée en majeure partie aux dossiers de la réforme électorale et au projet de IIe République, qui pourrait être présenté à la population lors des prochaines élections générales annoncées comme anticipées.
La convocation lundi de la réunion du comité exécutif du Parti travailliste, considérée comme état « long overdue » dans les milieux officiels au Square Guy Rozemont, confirme que « des développements politiques majeurs pourraient être in the pipeline ». La coïncidence de la tenue de la réunion du comité exécutif du Labour presque en même temps que la réunion hebdomadaire du Politburo des mauves lundi prochain indique que des communications politiques en simultané sur le plan politique sont à prévoir.
« Il est vrai que le comité exécutif du parti (travailliste) ne s’est pas réuni depuis quelque temps déjà. Mais nous n’allons pas anticiper quoi que ce soit en termes d’annonces politiques par le leader. Il est du domaine public que des discussions sont en cours avec le MMM et la réunion de lundi prochain, intervenant à la veille du 1er Mai, devra constituer l’occasion pour un échange d’informations au sein du parti », ont fait comprendre au Mauricien des sources dignes de foi confirmant officiellement la réunion du comité exécutif.
Entre-temps, à l’hôtel du gouvernement, le Premier ministre s’est engagé dans un exercice de consultations avec ses principaux lieutenants, en particulier les membres du Front Bench, par rapport aux consultations politiques en cours. Il n’est nullement sorcier d’appréhender que dans une éventuelle IIe République avec Navin Ramgoolam installé à la State House à Réduit avec certains pouvoirs, la succession éventuelle au leadership du Parti travailliste serait ouverte.
Succession à la tête du PTr
À ce jour, les prétendants légitimes au poste de leader du Labour savent pertinemment que la hiérarchie au sein de tout Shadow Cabinet, notamment de Front Bench d’une alliance politique présumée avec le MMM, devrait être déterminée par les positions occupées dans le parti. Toutefois, des représentants de la direction du PTr refusent de se laisser entraîner dans le débat portant sur la succession à la tête du Labour.
« Jusqu’à preuve du contraire, c’est toujours Navin Ramgoolam qui est le leader du parti. Pourquoi vouloir tomber dans le piège de ceux qui veulent semer la division au sein du parti ? Nous avons besoin de faire l’unité pour relever les défis qui nous attendent. Nous nous pencherons sur la succession à la tête du parti quand la question se posera dans le concret », rétorque-t-on au sein du Parti travailliste quant au positionnement éventuel d’Anil Bachoo et d’Arvin Boolell, entre autres.
Avec la réunion du conseil des ministres de vendredi, le leader du PTr sera en mesure de jauger le soutien au sein de son parti quant au projet de IIe République avec lui présenté devant l’électorat comme le prochain président avec certains pouvoirs et Paul Bérenger en tant que Premier ministre. Cette question figurera d’ailleurs au deuxième round de consultations avec le MMM demain (voir détails plus loin).
À partir du prochain week-end, les états-majors du PTr et du MMM disposeront d’une meilleure visibilité politique par rapport aux chances de réunir confortablement la majorité des trois quarts à l’Assemblée nationale pour faire adopter la réforme électorale, dont cet effective remedy recommandé par le Comité des Nations unies pour les Droits de l’Homme en faveur de Rezistans & Alternativ avec l’élimination de la déclaration communale des candidats aux élections générales.
Dans l’immédiat, la priorité demeure les préparatifs du Draft Constitutional Amendment Bill avec la réforme électorale en vue de sa présentation à l’Assemblée nationale le 13 mai prochain à la rentrée. Au cas où les arithmétiques parlementaires pour ces amendements constitutionnels ne colleraient pas pour une raison ou une autre, une autre date est brandie, soit le week-end du 22 juin, date limite pour des élections générales anticipées éclair avant le début du Ramadan…