Les délibérations du conseil des ministres d’hier matin au Treasury Building, surtout au lendemain de l’attaque virulente d’un Senior Member of the Cabinet, en l’occurrence le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, contre son collègue des Services financiers, Roshi Bhadain, revêtaient des caractéristiques particulières. C’était la première occasion, depuis la convocation de l’ancien ministre des Finances à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) pour interrogatoire Under Warning dans le cadre de l’opération Goldfinger, où les deux membres du gouvernement allaient se côtoyer à une table de travail. À hier soir, très peu de détails ont transpiré quant au mood ayant prévalu lors de cette réunion du conseil des ministres, sauf pour le Business As Usual de certains, qui ont osé faire des commentaires à la sortie du Treasury Building. De son côté, tout en évitant de prendre Vishnu Lutchmeenaraidoo de front, Roshi Bhadain a lancé une flèche du Parthe à l’encontre de celui-ci en affirmant que « mo pena okenn problem, mo pa inn pran loan mwa ». Pour sa part, intervenant à Rivière-du-Rempart, le ministre de l’Infrastructure publique, Nando Bodha, s’est évertué à reléguer au second plan cette équation exceptionnelle au conseil des ministres en dressant un  parallèle avec l’ambiance dans une salle de classe.
Interrogé par les journalistes, après la réunion du conseil des ministres d’hier, le ministre Bhadain, qui est rentré jeudi après-midi d’une mission officielle en Inde, a fait comprendre que « mwa, mo pe travay pou le pei. Mo pena okenn problem. Mo pa inn pran okenn loan mwa. Mo pe travay mwa ». Sa façon à lui de marquer son champ de tir sans mentionner directement l’Euro-Loan Saga de 1,1 million d’euros à 1,5% par an, obtenu par Vishnu Lutchmeenaraidoo de la State Bank of Mauritius Ltd le 11 septembre 2015. Et également comme pour souligner qu’en dépit des commentaires, l’heure n’est pas encore à l’apaisement ou encore à la sérénité annoncée.
Toutefois, au bout de ses commentaires sur les attaques de l’ancien ministre des Finances le traitant de nouveau d’être un adepte des méthodes du KGB et des allégations de complot en vue d’une élimination politique, Roshi Bhadain a évité de franchir la ligne de la riposte verbale. « Pou mwa an tan ki enn minis dan konsey de minis, par deferans au Premye minis, ek par deferans a tou mo bann koleg minis ki dan konsey, mo pa gayn drwa koz kont enn koleg minis. Ek mo pa pou fer sa mwa », s’est-il appesanti en évoquant le principe de Collective Responsibility, qui doit primer au sein du conseil des ministres.
Le ministre des Services financiers et de la Bonne Gouvernance tentera de faire la leçon au Senior Minister en ajoutant que « manyer ki nou sistem marse, kan ou enn minis, ou ena seki ou apel enn Collective Responsibility kan ou dan Cabinet. Be kan ou kontinye asiz dan Cabinet, kouma enn koleg, kouma enn minis, ou pa gayn drwa koz kont ou koleg minis ». Néanmoins, cela ne l’empêchera pas de prendre à contre-pied Vishnu Lutchmeenaraidoo au sujet de la teneur de l’affidavit de celui-ci en date du 4 avril dernier avec un « fo e totalma fo » des plus catégorique. Il s’appuiera sur le communiqué émis par les services de presse du Prime Minister’s Office du 6 avril, démentant des propos du ministre des Affaires étrangères. « An seki konsern lafidavit ek sa kinn dir yer (jeudi), Premey minis inn fini fer enn kominike pou dir ki li totalman fos. Si Premie minis inn fini dir sa, be ki mo pou ena pou azoute, nanyen a sa mwa », trouvera-t-il avant de prendre congé des journalistes sous la varangue du Treasury Building.
Un peu plus tard dans l’après-midi d’hier, profitant de la cérémonie d’inauguration d’une flotte de 100 autobus « semi-low floor »,  au dépôt de la Corporation nationale de transport (CNT) à Rivière du Rempart, le ministre Bodha a tenté de faire le point au sujet de l’ambiance au conseil des ministres en niant que les membres du gouvernement sont à couteaux tirés. Il a tenu à présenter ses excuses à l’assistance car il allait déroger à son principe de ne pas faire de discours politiques lors des cérémonies protocolaires comme, hier après-midi, dans les locaux de la CNT.
Le ministre de l’Infrastructure publique a tenu à rendre un vibrant hommage à la présence politique de sir Anerood Jugnauth dans la circonscription de Piton/Rivière-du-Rempart depuis 1963. « Toutes les grandes décisions sont prises par la classe politique. Panse si SAJ pa ti rant dans politik ki kalite vid ti pou ena », devait-il déclarer. Et d’ajouter que ce sont les valeurs, les visions et les principes de SAJ qui ont façonné Maurice. « Politique, c’est être au service de la nation. Politique, c’est l’avancement de la nation. Politique, c’est l’avancement du pays, de la CNT, d’un endroit…», dit-il.
À ce stade, Nando Bodha a abordé la conjoncture politique au sein du gouvernement en soulignant que « kan konsey de minis zwen, boukou dimounn panse ki se enn landrwa kot Met Dekol la pa pe kapav met lord. Bann minis la sakenn pe lager ant zot. Zot pe avoy boulet. Bann zelev ouadir pe lager dan klas. Profeser pas pe kapav met lord. Konsey de minis se   enn zafer serie. Li preside par le Premier ministre. Li ena enn lord di zour. Li bizin pran gran gran desizion concernant le destin du pays. Sa ousi se la politik ».  Il a précisé que « pa tou nouvel ki fer ki bizin vinn politik. Nou pa kapav pran enn nouvel politik ek fer dis komanter apre ».
En faisant état des projets de son ministère au niveau de cette région, notamment une route qui passera par Anjalay pour rejoindre Mon Loisir, en évitant Mapou, Piton, Gokoolah et un By-Pass sur Rivière du Rempart menant à Flacq, Nando Bodha a conclu au chapitre politique que « gouvernma so masinnri ‘on’.  Laksyon gouvernma ‘on’. Pena okenn avyon, pena okenn vol qui pena tirbilans. Nou kone ena tirbilans, mais nou bizin depas li e nou pou fer li ».
Pour sa part, le député du Muvman Liberater, Ravi Rutnah, député du N° 7, s’en est pris à la presse. « Il n’y a pas que les affaires Lutchmeenaraidoo, Roshi Bhadain, Raj Dayal dans le pays. Il y a des développements.  Kan nou ouver zournal, gramatin tanto, nou trouve zis kot pa bon alor ki ena boukou kiksoz positif kouma dans CNT isi ki nou pe fer ».
Le Private Parliamentary Secretary, Sharvanand Ramkaun, a également prêté sa voix à ce concert en déclarant que « pena oken tirayman dan gouvernma. Bann zafer Lutchmeenaraidoo, Dayal, se ban insidan de parkour ».