Voilà un grand festival qui donne l’envie de prendre la mythique route de Tamarin en traversant le pont autrefois réservé aux trains, avec pour seul bagage l’esprit aventureux. The Bridge Tamarin Eco-Arts Festival (2, 3, 4 octobre 2015) se situe au coeur des problématiques du développement durable. L’événement s’installe, à l’occasion de sa première édition dans l’océan Indien, pour trois jours de festivités début octobre 2015. Aucun recoin de Tamarin ne sera épargné : Le Riverland sports club, Cap Tamarin, le Big Willies, la baie de Tamarin avec son hôtel et ses surfeurs… En tout, ce sont environ six lieux qui accueilleront plus de 5000 visiteurs, artistes et compagnies. Entre artistes reconnus et artistes en herbe, ces trois jours et trois nuits de spectacles seront bien chargés ! Le site principal est à quelques minutes de la baie de Tamarin sur un vaste terrain bordé côté terre par la montagne Rempart, les Trois-Mamelles, la montagne de la «?femme allongée?» et côté mer par la baie. Un pont sera même construit pour relier les villageois aux activités artistiques pendant tout le festival. Toutes les formes d’art seront représentées : musique en tous genres (du séga au jazz en passant par l’électro), théâtre, slam, peinture, sculpture. Une véritable célébration de l’écologie et des arts à Maurice. Cela étant, The Bridge Tamarin Eco-Arts, c’est également le nom de l’association à but non lucratif qui travaille tout au long de l’année à ce que l’on appelle l’action culturelle, c’est-à-dire l’éducation artistique pour tous (en milieu scolaire, rural, etc.), ateliers pour le développement artistique mais aussi à la sensibilisation au développement durable. C’est Jayen Jhuboo, un des directeurs de Trimethys qui est le promoteur du festival. Françoise et Armand Gachet en ont créé le concept artistique. Armand Gachet, artiste pluridisciplinaire, connu pour le festival BraveArt – Eureka 2010 est en quelque sorte le maître d’oeuvre de ce vaste chantier comprenant trois départements : artistique, écologique et musical. Françoise, elle, est une passionnée d’art et est très concernée par l’écologie, comme en témoignent les divers projets dans lesquels elle s’est engagée (une démarche éco responsable et une sensibilisation du public aux gestes respectueux de l’environnement). Pour Françoise, native de l’endroit, “Tamarin est ce village côtier du sud-ouest de Maurice qui compte de nombreux artistes (musiciens, écrivains, photographes, etc). Un véritable vivier de talents qui prend à bras-le-corps un art d’invention et d’expression.” Le festival ouvre ses portes à tous les artistes intéressés. Déjà, plusieurs ateliers ont démarré dont l’atelier artistique. Armand Gachet invite vivement les artistes à participer aux ateliers. À cet effet, il lance un appel aux bénévoles, étudiants en arts, à venir le rejoindre pour réaliser certains des projets. “Le festival Eco-Arts a pour ambition de connecter les gens de différents milieux, de tous âges”, nous dit Françoise.
Les enfants de quatre écoles de Tamarin vont participer à des projets artistiques (théâtre, peinture). Les habitants du village, eux, sont invités à participer aux ateliers mis en place. Ils bénéficieront en retour de billets pour accéder à l’événement. Le festival commence à porter ses fruits. Sur le site principal, Armand Gachet et des jeunes travaillent sur le décor avec des matériaux de récupération. On fait du « upcycling » soit, “la transformation d’objets récupérés en oeuvres artistiques”. À l’entrée du Barachois Estate, un centre de tri appelé Rex a été aménagé. C’est une bouche béante qui accueille tous les objets susceptibles d’être transformés en objets d’art : filets de pêche, phares de voitures, bouteilles en plastique, métal pouvant servir d’élément de décor. Sur place, c’est un bouillonnement artistique, une vitrine à la hauteur de Tamarin. On sculpte, on assemble des pièces sous la direction d’Armand Gachet pour fabriquer des insectes géants et autres objets (ailes de fourmi, dôme pour faire pousser des lianes, totems) célébrant la nature, thème du festival. Dans un mois, le terrain principal sera habillé aux couleurs de l’environnement. Le succès The Bridge Tamarin Eco-Arts Festival tient à la découverte et l’étonnement. Artistes, sponsors, sont donc invités à investir l’ensemble des espaces à travers leurs actions et gestes écocitoyens.