Après rénovation, la bibliothèque et le centre de documentation de l’école du Centre et le collège Pierre Poivre ont été rebaptisés Espace culturel Elisabeth Boullé en hommage à sa fondatrice Elisabeth Boullé. Il comprend en outre un lieu dédié à des expositions. Il a été inauguré le 25 mars dernier.
Ouvert à tous les élèves de l’école et du collège, l’espace leur offre à la fois l’accès à des ouvrages de fiction et des références dans un environnement confortable et lumineux. En vue de faire découvrir l’univers de l’édition aux élèves, la BCD invitera régulièrement auteurs et illustrateurs à rencontrer leurs jeunes lecteurs et à répondre à leurs questions, fait ressortir un communiqué de presse émis par l’institution à l’occasion de cette ouverture.
Outre les travaux des élèves qui seront exposés à l’Espace Culturel Elisabeth Boullé, des expositions préparées par des institutions culturelles ou par des artistes y seront accueillies. Les arts, les langues, les civilisations, l’histoire, le civisme, la presse et l’actualité, le patrimoine (etc.) seront au centre de ce lieu. La BCD reçoit aussi les élèves pour visionner des films de fictions ou de documentaires en lien avec les programmes des différentes classes.
Connue pour son implication sur la question de la langue d’apprentissage la plus adaptée aux enfants mauriciens, Elisabeth Boullé, « se tenant à distance des sous-entendus ethniques » dans les années 90, estime que le français permettrait de mieux structurer le dispositif cognitif de l’enfant mauricien pour, entre autres, mieux apprendre par la suite, d’autres langues, dont l’anglais qui s’impose déjà comme langue internationale. « Cette conviction n’est pas qu’une idée. Avec ses amis Somoo et Radha Valayden, au sein de l’OMEP (Organisation mondiale de l’éducation préscolaire), Elisabeth Boullé contribue à la création de maternelles francophones et à la formation de leurs enseignantes. Puis ce sera le début d’un grand projet : la création d’une nouvelle école », fait ressortir le dossier de presse. Il poursuit : « En 1990, alors qu’il existe une demande accrue pour une éducation francophone et que l’École du Nord et le Lycée Labourdonnais ne sont plus en mesure de la satisfaire, Elisabeth Boullé décide de mettre en pratique les intuitions qu’elle fait valoir depuis quelques années : elle annonce la création de l’École du Centre. Ce sera un établissement francophone mais s’imposant de réelles exigences pour ce qui est du niveau d’anglais, un parcours scolaire conduisant au Baccalauréat mais respectueux de certaines traditions mauriciennes. Avec une énergie folle, un enthousiasme communicatif et une foi indémontable, Elisabeth Boullé mobilisera des parents, des bienfaiteurs, des financiers, elle fera s’ouvrir des portes qu’on croyait verrouillées, rassemblant des soutiens dont certains improbables au départ. La suite, c’est une école, un collège, un lycée et une belle centaine de nouveaux bacheliers chaque année ».
L’École du Centre – Collège Pierre Poivre voit le jour en 1991. L’établissement, homologué par l’Agence pour l’Enseignement Français à l’étranger (AEFE), offre toutes les conditions pédagogiques fixées par le ministère français de l’Éducation nationale, cela tout en affirmant son attachement au contexte mauricien, avec de l’anglais dès la maternelle, l’enseignement de l’histoire du pays, des religions, des valeurs morales et le port de l’uniforme. Son objectif : que chaque enfant puisse s’épanouir en développant tous ses talents – académiques, sportifs ou artistiques – aux Petits Futés, à l’École du Centre, au collège Pierre Poivre puis au Lycée des Mascareignes.