La fermeture des écoles était devenue une évidence depuis quelques semaines déjà. Ainsi, plusieurs institutions privées ont déjà préparé leurs plans pour éviter la rupture au niveau des cours, bien avant l’annonce des premiers cas de Covid-19 et du confinement. C’est notamment le cas pour les écoles Dukesbridge qui, dès le 16 mars, a commencé les cours en ligne. Idem pour les écoles françaises qui ont élaboré un programme où les parents sont partie prenante. Les leçons particulières ne sont pas en reste. Des enseignants ont aussi pris des dispositions pour les cours en ligne.

Alors que le ministère de l’Éducation travaille encore sur un plan pour dispenser des cours pendant la période de confinement, des écoles privées ont déjà pris de l’avance à ce sujet. Les écoles Dukesbridge ont ainsi commencé des cours en ligne sur sa plateforme Oasis, dès le 16 mars dernier. La Dukesbridge Online Homeschooling Plateform permet ainsi aux élèves du préscolaire et primaire de poursuivre leurs classes. Cette initiative revient à la direction de l’école, suivant des craintes exprimées par les parents, dans le sillage de la pandémie Covid-19, mais aussi, des cas de dengue, de gastro et de grippe recensés.

Sandhya Chakowa, Head of Education à Dukesbridge, souligne que les cours en ligne couvriront les trois semaines de cours jusqu’à la fin du premier trimestre dans un premier temps. « Les enseignants ont adapté les leçons de façon à ce que les parents puissent accompagner leurs enfants à la maison, » explique-t-elle. « Le programme de la journée est présenté à travers une séquence vidéo. Un résumé écrit pour chaque sujet est aussi inclus. Les leçons comprennent des séquences vidéo qui donnent des explications de manière claire, vivante et ludique, mais aussi des exercices écrits qui sont téléchargeables. Une fois complétés, ces exercices sont soumis en ligne à l’école pour être corrigés par les enseignants et renvoyés par mail aux parents. »

Une démarche qui permet ainsi aux classes de se dérouler normalement et de gérer l’absentéisme, dans un premier temps, avant la fermeture des écoles. Les parents ont ainsi exprimé leur appréciation d’une telle initiative, dès que l’école a annoncé sa décision, sur sa page Facebook. Au-delà de l’aspect sécurité, cette expérience a permis de développer une nouvelle manière de travailler, avec la collaboration des parents, car ces derniers sont partie prenante du projet. Étant la première institution de l’île à adopter une telle mesure, Dukesbridge a même proposé au ministère de l’Éducation de l’assister dans le développement d’un outil en ligne pour les écoles d’État.

Dans les écoles françaises de l’île, les dispositions ont également été prises à l’avance face au Covid-19. Tous les enseignants ont ainsi obtenu un logiciel pour continuer à donner des cours au quotidien. Les devoirs sont aussi corrigés. Ici également, les parents sont partie prenante du projet. Le programme a été développé depuis la rentrée scolaire, la semaine dernière. Comme certains élèves, qui étaient en vacances à l’étranger, ont été placés en quarantaine à leur retour, l’administration des écoles françaises a jugé « nécessaire » de venir de l’avant avec une initiative afin que ceux-ci puissent continuer leurs cours.

Par ailleurs, les enseignants donnant des leçons particulières ne sont pas en reste dans cet élan. Plusieurs d’entre eux ont également suggéré des cours en ligne à leurs élèves. Un enseignant d’un collège d’État témoigne ainsi : « Les examens de Cambridge sont dans sept mois, on ne sait comment la situation va évoluer, mais il faut se préparer toujours. J’ai senti qu’il était de ma responsabilité d’éviter la rupture pour ces élèves, d’autant plus que les écoles sont fermées. »

Au niveau du ministère de l’Éducation, on travaille sur un plan à plusieurs niveaux. Comme nous l’avions déjà annoncé, il y aura un mélange de cours à la télé et en ligne, notamment à travers le Student Support Programme. Le Premier ministre ayant annoncé que ces deux semaines de confinement correspondront aux vacances du premier trimestre en avance, il est fort probable que les cours pour le secteur public ne débuteront que dans deux semaines.