Se dirige-t-on vers le retrait total des School Clerks dans les écoles primaires du gouvernement à court terme ? C’est ce que dit craindre la Mauritius Head Teachers Association (MHTA) en découvrant qu’il n’y en a pas dans 70 écoles, constat fait à partir d’un relevé en début d’année. La MHTA s’est plainte il y a quelques jours de cette situation auprès du ministère de la Fonction publique en expliquant comment la suppression d’un tel poste nuit à la bonne marche de l’administration de l’école et se répercute sur le travail pédagogique du maître d’école et de son assistant.
Depuis longtemps, les Head Teachers demandent régulièrement au ministère de l’Éducation, que ce soit à travers des correspondances ou dans des réunions de travail, de remédier au manque aigu de School Clerks dans le primaire. Le départ à la retraite de certains titulaires ces dernières années, ainsi que la décision du ministère de transférer quelques Clerks vers le secondaire d’État, auraient aggravé la situation. Puisque ce ministère fait la sourde oreille à leurs doléances, ils ont donc décidé d’avoir recours au Conciliation Service de la Fonction publique. « The MHTA is submitting this matter to the Conciliation Service as a last resort. We are advocating the idea that all our Primary Schools (whatever be the size of its school population) should be provided with a School Clerk », réclame le syndicat dans sa lettre envoyée la semaine dernière à cette instance.
Pour la petite histoire, ce n’est que vers la fin des années 70’ que les écoles primaires, à la suite des revendications de la Governement Teachers Union (à l’époque dirigée par Papayah Naidoo), ont commencé à bénéficier de l’apport d’un Clerk pour épauler les Head Teachers dans l’administration.
Mais quel que soit le nombre d’élèves, il y a un seul Clerk en poste dans chaque école. Une baisse dans la démographie, ainsi que la mobilité des habitants d’une région à l’autre, ont provoqué une diminution du nombre d’élèves dans un bon nombre d’écoles. C’est à partir de là, dit-on, que le ministère, face aux contraintes budgétaires, a commencé à ne pas remplir les places vacantes pour le poste de Clerk dans certaines écoles. Selon la MHTA, il n’y a pas de School Clerks aujourd’hui dans au moins un tiers des écoles primaires du gouvernement, soit dans environ 70 établissements. Et ce syndicat craint que cette pratique ne s’étende à l’ensemble des écoles primaires. « Depuis quelque temps, le ministère prend les Clerks du primaire pour les envoyer au secondaire. Avec cette manière de faire, on a raison de craindre une éventuelle disparition de la fonction de Clerk dans toutes les écoles primaires », dit Moonsamy Sunassee, président de la MHTA. Ce syndicat se dit « mécontent » des tâches administratives, qui sont alors à la charge des Head Teachers et de leurs adjoints, avec pour conséquence que ces derniers n’auraient guère de temps à se consacrer au travail pédagogique et à encadrer les jeunes enseignants.
Quelles sont ces tâches additionnelles qui irritent les chefs d’établissements ? « Mise à jour du livre des dépenses de l’école, inventaire chaque semaine des pupitres et de l’ensemble du mobilier ainsi que des équipements de l’école, distribution des manuels aux élèves et aux enseignants, envoi des “monthly returns” au ministère pour plusieurs choses, préparation et envoi des statistiques au ministère, “students tracking”, vérification des travaux de construction et d’entretien de l’école, entrées pour les candidatures aux examens du CPE, “taking care of first aids”, supervision de la distribution des pains… » égrène le président du syndicat des Head Teachers. « Si on doit remplir le registre de présence, vérifier le nombre de pupitres dans chaque classe, distribuer les manuels et fournir mille informations à longueur de semaine au ministère, comment voulez-vous que nous ayons le temps de visiter les classes pour suivre le travail des enseignants et leur prodiguer des conseils ? » se demande avec colère Moonsamy Sunnassee, avant d’ajouter que si les cadres du ministère connaissaient les réalités quotidiennes de l’école, « ils comprendraient mieux l’importance d’un Clerk dans l’administration ».
Dans la lettre envoyée à la Commission de Médiation de la Fonction publique, le syndicat affirme que l’absence d’un Clerk « is a major handicap for the smooth running of a school » en donnant force détails sur leurs responsabilités quotidiennes. La MHTA envisage d’autres actions syndicales si elle n’obtient pas satisfaction auprès de cette instance.