L’intoxication alimentaire des enfants à Bambous a levé un coin du voile sur le manque de professionnalisme qui règne concernant la distribution des repas chauds dans les écoles ZEP. C’est l’avis de Steve Obeegadoo, président de la Commission de l’éducation du MMM, qui réclame la publication de la liste des prestataires dans les différentes écoles. Selon lui, il existerait un véritable business autour de ce service. Il invite le Premier ministre à mettre ce programme alimentaire sous surveillance en attendant de trouver la formule appropriée.
Tout en reconnaissant que la distribution d’un repas chaud dans les écoles ZEP est une initiative louable, Steve Obeegadoo dénonce le manque de planification. « On ne peut mettre les enfants en danger en appliquant des mesures électoralistes à la va-vite. »
Le président de la Commission de l’éducation du MMM est d’avis que le ministère de l’Éducation aurait dû mettre les facilités nécessaires en place dans les écoles avant d’appliquer un tel projet. « Y a-t-il un endroit approprié pour garder la nourriture dans les écoles ? Qu’en est-il des mesures sanitaires prescrites dans les règlements concernant le transport ? »
De même, Steve Obeegadoo se demande pourquoi la responsabilité d’appliquer ce projet dans les écoles revient à la Parents Teachers’ Association (PTA). « Est-ce que la PTA a les compétences nécessaires pour évaluer les offres ? Est-ce que les personnes choisies pour offrir ce service ont les moyens de préparer à manger pour autant d’enfants ? Est-ce qu’elles ont déjà fait leurs preuves ? »
Plus que cela, le député MMM estime qu’il existe un gros « business » autour des repas chauds. Il avance que certaines personnes ont même quitté leur emploi pour devenir prestataire. « Qui sont les bénéficiaires de ce projet ? Nous demandons au ministère de l’Éducation de rendre publique la liste des prestataires. »
Steve Obeegadoo insiste sur la responsabilité du ministère et demande au ministre et à ses conseillers de ne pas se cacher derrière la PTA. Dans le même souffle, le député mauve se demande pourquoi il y a une liste de nourritures autorisées pour les cantines, alors que ce n’est pas le cas pour les repas chauds dans les écoles ZEP. « Est-ce parce qu’il s’agit d’enfants pauvres qu’il faut leur donner n’importe quoi à manger ? » se demande-t-il.
À ce sujet, les députées Lysie Ribot et Françoise Labelle disent avoir été témoins des cas où les enfants ont eu du « pain au teokon ou deux paires de dholl puri » comme repas. En rappelant que ce projet coûte Rs 75 par enfant par jour, Lysie Ribot invite le gouvernement à s’assurer qu’il y a « value for money ».
Pour le MMM, le Premier ministre Navin Ramgoolam devrait mettre ce projet alimentaire sous surveillance en attendant de trouver une formule appropriée. Steve Obeegadoo se demande également où est passée la ZEP Unit mise en place lorsqu’il était ministre de l’Éducation. Selon lui, c’est cette unité qui aurait dû avoir la responsabilité de cordonner un tel projet dans les écoles.
Par ailleurs, la Commission de l’éducation du MMM a aussi commenté le cas de la petite Hannah, qui s’est vue refuser l’admission à l’école Raoul Rivet, alors qu’elle habite à proximité. Selon elle, il s’agit d’une « grande injustice » envers la petite fille.
Steve Obeegadoo dénonce le fait que la catchment area de l’école Beaugeard n’ait pas été revue après son transfert dans une autre région. Selon lui, ce cas révèle un « problème de fond » concernant l’admission dans les star schools. « Nous savons tous qu’il y a des parents qui fraudent pour faire admettre leurs enfants dans ces écoles, mais c’est au ministère d’enquêter. Il est inconcevable qu’il n’y ait pas d’égalité de traitement devant la loi. »
La course vers ces star schools, selon Steve Obeegadoo, fait partie des enjeux du CPE. Les parents espèrent ainsi augmenter les chances de leurs enfants d’avoir un star college. À ce sujet, le député du MMM est d’avis que la cuvée des lauréats 2012 est un « désaveu pour le modèle Gokhool/Bunwaree. »
Faisant référence à ceux qui ont brillé dans les non-star colleges, il avance que ces résultats donnent raison au MMM qui avait appliqué la régionalisation. « Des collèges mixtes comme le Mahatma Gandhi SSS ou encore l’Ébène SSS que le Parti travailliste avait qualifié de collège fantôme, montrent leurs résultats aujourd’hui. Allez voir également, parmi les lauréats du QEC et des collèges Royal, combien viennent de collèges régionaux. »
Concernant les bourses attribuées aux jeunes venant de familles à faibles revenus, Steve Obeegadoo est d’avis qu’il s’agit d’une bonne initiative, mais réclame une fois de plus de la transparence dans les procédures.