La navigatrice en solitaire française Maud Fontenoy vient d’effectuer un bref séjour à Maurice au début de l’année. Le but de cette deuxième visite consistait à offrir officiellement son parrainage au domaine Lakaz Chamarel Exclusive Lodge. En effet, Maud Fontenoy a accepté d’être la marraine du lodge écologique haut de gamme caché dans les vallées de Chamarel. Elle nous a expliqué pourquoi.
Maud Fontenoy s’est propulsée à la une de l’actualité sportive en effectuant plusieurs traversées en solitaire à la rame dans les principaux océans du monde. Elle est même devenue la première femme à effectuer ce genre d’exploits jusqu’alors réservés aux hommes. Mais au lieu de se contenter des couronnes sportives de ses exploits, elle y a associé la défense et la préservation de l’environnement pour devenir une des personnalités écologiques françaises les plus respectées de ce début de siècle. Très centrée sur l’éducation et l’environnement, elle a crée une fondation qui porte son nom et qui organise une série d’activités destinées à la « jeune génération française sur les questions d’environnement, principalement sur la protection des côtes, du littoral et des océans. Nous offrons aux enfants une vision de l’écologie assez productive encourageant un développement économique durable, pas du tout dans le discours écologique culpabilisant et alarmant qu’on peut entendre en France et ailleurs. Je soutiens les initiatives positives, novatrices, modernes, inventives d’une écologie qui rime plus avec économie qu’avec décroissance. C’est pour moi un parti-pris important par rapport à certaines prises de position politique et écologique en France. » Maud Fontenoy milite pour une écologie raisonnée et raisonnable et encourage les générations futures à croire dans l’avenir et à avoir envie de se lancer dans des métiers verts qui sont porteurs d’emplois. Maud Fontenoy est également la porte-parole de l’UNESCO pour les océans et fait partie de plusieurs organismes français, dont le conseil économique, social et environnemental. Elle prépare actuellement un livre qui sortira en septembre prochain et aura pour sujet l’écologie raisonnable. « Je vais démontrer que c’est l’écologie qui aidera l’économie et que ce que nous offre la nature est irremplaçable. On parle beaucoup de la faillite des banques en oubliant celle du capital de la nature. Il serait temps qu’on vive dans un souci de durabilité et qu’on arrête de dilapider le capital que nous apporte la nature. Mon discours est simple : je dis que j’ai réussi à traverser des océans à la rame pour prouver que (i) c’est possible (ii) que l’on doit faire les choses étape après étape, coup de rame après coup de rame et que la protection de l’environnement passe par des petits gestes éco-citoyens et des initiatives. »