Daniel Tanuro, ingénieur agronome et environnementaliste, était le principal intervenant d’une conférence sur l’écosocialisme, hier. Selon ce spécialiste belge, le système capitaliste dicte sa loi en matière de politique énergétique. « Tout est une question de profit. Les industriels passeront au vert seulement lorsque les énergies renouvelables leur coûteront moins cher que les fossiles », dit-il.
Organisée par le Centre for Alternative Research and Studies (CARES) cette conférence clôturait la série des formations destinées aux mouvements sociaux et syndicaux. La démarche étant de leur permettre d’acquérir de nouvelles connaissances en matière d’écologie et la vision écosocialiste.
La venue de Daniel Tanuro s’inscrit dans cette perspective. Rappelant d’abord les raisons du réchauffement climatique, il n’a pas manqué de rappeler les dangers liés, particulièrement dans la région Sud du globe. « Depuis environ 20 ans, l’éminent Dr James Hansen de la NASA tire la sonnette d’alarme sur la possibilité qu’un bloc de glace de la grandeur du Texas se disloque de l’Antarctique. Ce qui ferait monter le niveau de la mer de six mètres. »
Pour éviter un tel scénario, les pays riches doivent réduire leur production de gaz à effet de serre de 80 à 95 %. « Malheureusement, depuis Rio 92, les gouvernements sont dans l’incapacité de prendre des décisions. »
Pourtant, poursuit Daniel Tanuro, des solutions existent. « Les énergies renouvelables permettraient de compenser 10 à 20 fois les besoins énergétiques. » Malheureusement, poursuit-il, « la loi du profit bloque les énergies renouvelables. Tout est une question de profit. Les industriels passeront au vert seulement lorsque les énergies renouvelables leur coûteront moins cher que les fossiles ».
Le conférencier s’est montré également critique envers différentes initiatives comme le crédit carbone qui, au final, n’est « que du business as usual. » La vraie solution, selon lui, est de passer à une politique alternative, comme l’écosocialisme. « La vraie question n’est pas de remplacer les fossiles par les énergies renouvelables, mais de mettre en place un système énergétique décentralisé, efficient et qui ne serait pas réglé par le profit. »
Les enjeux derrière la transition énergétique, relève Daniel Tanuro, ne sont pas uniquement écologiques, mais également humains et sociaux. Dans cette optique, il est d’avis que tout changement doit se faire dans une discussion sociale. « Si on doit réduire la production, il faut une discussion sociale pour savoir qu’est-ce qu’on va arrêter de produire ou de transporter. »
Parmi les autres intervenants à cette conférence figuraient Gilbert Ahnee, Nicolas Rainer, Karim Jaufferally et Alain Tolbize.