photo illustration

Après l’entrée en vigueur de confinement national annoncé hier par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, Business Mauritius, avec la collaboration de tous ses membres partenaires, définira aujourd’hui une liste des secteurs et sociétés de « services essentiels », pour obtention de laissez-passer pour les employés liés à ces services. C’est ce qui ressort d’un communiqué diffusé par Business Mauritius hier soir.

Business Mauritius observe que suite au message du Premier ministre concernant le « lockdown » et le confinement imposés à partir de 6h ce matin, il a été convenu avec le ministère des Finances que, pour la journée d’aujourd’hui, et jusqu’à ce que l’on puisse clarifier les modalités du « laissez-passer » («pass »), la communauté des affaires a l’autorisation d’effectuer ce qu’elle considère comme « services essentiels ». Chaque société doit alors assurer la sécurité de son personnel qu’elle considère comme indispensable pour la bonne marche de ce service essentiel.

Selon Business Mauritius, par « service essentiel », on entend que le secteur de l’hôtellerie devra opérer en partie pour les hôtels ayant encore quelques touristes et pour ceux en partance ; le secteur de la construction pourra opérer afin de sécuriser et fermer ses chantiers ; le secteur bancaire et certainement d’autres entreprises devront s’organiser pour le paiement des salaires ; les fournisseurs de supermarchés devront organiser le mode de fonctionnement de leurs livraisons pendant ces prochaines semaines, etc. Business Mauritius invite aussi ceux ayant des difficultés à accéder à leurs lieux de travail pour ces « services essentiels » de contacter la BM Business Monitoring Unit (business@businessmauritius.org) ou le bureau du secrétaire financier, au ministère des Finances.

De son côté, Vidia Mooneegan, président de Business Mauritius, a dans un message adressé hier à ses membres expliqué en détail les protocoles à être mis en place durant cette période difficile. Ces protocoles concernent le renforcement de la conscientisation des employés concernant les bons gestes d’hygiène, la « social distancing » et la minimisation du nombre de personnes dans les réunions. De plus, les employeurs sont tenus d’assurer la bonne ventilation et le nettoyage des bureaux. Ils doivent aussi encourager le « work from home » ainsi que l’organisation d’équipes en « shift » afin de minimiser le nombre de personnes présentes dans l’entreprise à n’importe quelle heure ; leur donner accès à des équipements de protection nécessaires ; mettre un système de surveillance de santé à l’intention des employés afin qu’ils sachent exactement ce qu’il faut faire s’ils ne se sentent pas bien ou s’ils ont des soucis, au cas où ils auraient eu contact avec une personne suspecte. L’entreprise doit savoir ce qu’il doit faire s’il y a un cas suspect dans ses locaux.

Le président du Business Mauritius affirme que des discussions sont en cours entre les banques et la BoM pour décider de la ligne à suivre et pour voir ce qu’il faut faire, tout en tenant compte que la situation évolue très rapidement. Les Shopping Mall doivent, eux, prendre des dispositions pour protéger la population.

Vidia Mooneegan rappelle qu’afin de minimiser l’impact d’une possible pandémie sur les services sociaux et sur les entreprises, l’État a mis en place un comité public-privé afin d’atténuer l’instabilité économique dans l’immédiat et après la crise. Il s’agira de préserver la capacité productive et de l’économie afin de pouvoir se relancer à la reprise. « Nous voulons rassurer la population qu’avec l’État, les membres de la communauté des affaires mettront les moyens nécessaires pour soutenir le pays dans ces moments difficiles », a-t-il dit.