A Jour J – 52 de la présentation du Budget 2013 par le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, MCB Focus est venu depuis mardi soir mettre en perspective les véritables enjeux économiques pour cette année et 2013. La révision à la baisse du taux de croissance à 3,1% contre des prévisions plus optimistes de 3,9%, effectuées en novembre de l’année dernière, ne constitue nullement une surprise. Le plus grave demeure les répercussions de la crise en Europe vu que « there are concordant and unambiguous indications that the ramifications of the worldwide economic fragilities are permeating, ever more seriously, into the domestic economy ».  Tous les observateurs économiques s’attendaient à une telle tendance dans la conjoncture. D’ailleurs, les nouvelles projections de la croissance, annoncées par la Banque de Maurice en prélude aux prochaines délibérations du Monetary Policy Committee de lundi prochain, sont attendues avec impatience dans les milieux économiques et d’affaires. D’aucuns affirment que les nouvelles données, qui pourraient être annoncées par la Banque Centrale, ne devront pas être trop éloignées des analyses chiffrées de la Mauritius Commercial Bank.
Les effets de la crise dans la zone Euro se traduisent par une nette décontraction dans les exportations de textile malgré une reprise robuste affichée par le seafood hub et une performance de plus en plus inquiétante dans le secteur du tourisme. Le  nombre de touristes venant de France a régressé de 11,1% entre janvier et août de cette année comparativement à l’année dernière alors que les perspectives ne semblent guère brillantes.
«In spite of the strong achievement of the seafood industry, total domestic exports of goods for the first semester of 2012 were flat when compared to last year. This subdued performance was particularly accounted for by the year-on-year contraction in overall exports during the second quarter of the present year, notably associated with a significant decline of nearly 13% in respect of textile and clothing over the period. With regard to the tourism sector, arrivals for the January to August 2012 period remained unchanged when measured against last year’s outcome, especially affected by downturns registered in our mainstream European markets, namely France (-11.1%), United Kingdom (-4.1%), Italy (-26.2%) and Germany (-2.9%)”, note Gilbert Gnany, Group Chief Strategy Officer et  Advisor to the Board, dans son analyse de la situation économique.
Sur la base de ces données, la Mauritius Commercial Bank est d’avis qu’un taux de croissance plus proche de la barre des 3% est davantage plus réaliste pour cette année. “Overall, factoring in recent trends, real GDP growth is forecast to stand at a sluggish rate of 3.1% in 2012, representing a decline of 30 basis points as compared to our projection of June last”, souligne MCB Focus publié tard dans la soirée de mardi.
Même si à ce stade, la MCB mise sur une “Baseline Growth” de 3,5% pour 2013, taux initial inférieur aux 3,9% de novembre de l’année dernière, des appréhensions sont évoquées quant à une éventuelle répétition des révisions successives à la baisse de la croissance pour se retrouver dans les parages des 3% comme c’est le cas actuellmement. Pour éviter la répétition de ce scénario, MCB Focus énumère une série de Warranted Policy Orientations à être entérinées et adoptées par le gouvernement de manière urgente, dont entre autres la poursuite du programme de réforme, dont l’assainissement des finances publiques, la réforme des corps para-étatique, la restructuration du système de sécurité sociale, la diversification des marchés d’exportation et la réforme du marché du travail aussi bien qu’une stratégie d’ouverture sur le monde comme pratiquée par Singapour.
« While the full-fledged and prompt implementation of an array of policy measures by the authorities, including the execution of second-generation reforms, would contribute to uplift the country’s expansion to slightly above the 4% mark in spite of the challenging global context, the domestic growth outlook for 2013 could be pinned down to close to the 3% threshold if the reform impetus is stalled. In the worst of cases, real GDP growth for Mauritius could be further downgraded to 2.6% if policy reversals occur. In the same spirit, assuming the relative healing of the global economy unfolds without being marred by major hitches, our medium-term projections (over the 2014-2017 period) for potential output show that real GDP growth, which would venture within the 3.5 – 4.25% range in our baseline estimate, might even attain the 5.5 – 6.0% range provided domestic reform programmes are deepened and fully implemented”, préconise la MCB pour éviter de nouveaux dérapages par rapport à la croissance.
La MCB tire également la sonnette d’alarme en ce qui concerne la détérioration du taux de chômage à 8,1% cette année ou encore la tendance à la hausse de l’inflation pour cette année ;
Lire les détails complets dans l’édition de Le Mauricien de mercredi.