Les statistiques publiées officiellement par la Banque de Maurice confirment un changement, ne serait-ce que léger, dans l’évolution des crédits bancaires au secteur privé. À la fin du mois d’août, le volume total alloué par le système bancaire alloué aux opérateurs dans les différents secteurs de l’économie était de Rs 265,2 milliards, soit un montant inférieur de Rs 2 milliards comparativement à pareille époque il y a 12 mois, soit Rs 267,2 milliards en septembre de l’année dernière. Cette tendance indique les premiers tours de vis appliqués dans le sillage de la gamme de  Prudential Measures élaborées par la Banque de Maurice dans la conjoncture économique, encore délicate. N’empêche que la construction, l’un des secteurs considérés comme étant des plus vulnérables, continue à progresser en termes de crédits bancaires, car son endettement auprès du système bancaire a connu une détérioration de Rs 5 milliards, pour passer Rs 77,2 milliards, contre Rs 72,7 milliards en août de l’année dernière.
Au cours de ces derniers mois, le volume global de crédits bancaires octroyés au secteur privé a été contenu de manière drastique, au point où, fin août dernier, le montant était inférieur à celui de septembre de l’année dernière. Une analyse des données publiées chaque fin de mois par la Banque de Maurice indique que, pour le dernier trimestre de l’année dernière, les crédits au secteur privé ont maintenu la courbe ascendante pour se retrouver à Rs 271,2 milliards à la fin de décembre dernier.
Ce montant de crédits sera le plus élevé pour les 12 mois se terminant en août dernier car, en une seule occasion encore, soit fin mars dernier, la barre des Rs 271 milliards sera atteinte. Depuis la fin du premier trimestre de cette année, cet indicateur du niveau d’activités au sein de l’économie a chuté, pour descendre à Rs 267,7 milliards fin mai et, ensuite, Rs 265,2 milliards en août. La preuve que les banques se montrent de plus en plus prudentes, pour ne pas dire réticentes à avancer des fonds aux opérateurs.
Au hit-parade des secteurs les plus endettés on retrouve l’industrie du bâtiment, qui connaîtra une nouvelle contraction des activités cette année. Alors que l’objectif déclaré des mesures annoncées à la fin de l’année dernière concerne davantage l’immobilier et la construction, les crédits alloués à ce secteur ont continué à augmenter, passant de Rs 72,8 milliards en août de l’année dernière à Rs 77,2 milliards à pareille époque cette année, soit le plus haut niveau de cette dernière année.
D’une année à l’autre, les prêts bancaires pour le logement ont enregistré une hausse de Rs 3,3 milliards, pour atteindre Rs 43,8 milliards. De son côté, le financement des développements immobiliers dans le commercial a connu une stagnation, se maintenant à Rs 14 milliards d’une année. Il est un fait notoire que très peu de chantiers dans l’immobilier commercial sont actuellement engagés.
Par contre, l’industrie du tourisme, secteur à risques au vu de la morosité économique en Europe, a subi de plein fouet ce contrôle sur les crédits bancaires disponibles. De septembre de l’année dernière à août de cette année, le volume a en effet régressé de Rs 1 milliard, passant de Rs 48,1 milliards à Rs 47,1 milliards. Le plus fort volume de crédit avait été alloué à ce secteur économique en décembre de l’année dernière, soit Rs 48,8 milliards. Depuis, le contrôle s’est resserré avec les crédits “capped” à hauteur de Rs 47 milliards au cours de ces cinq derniers mois.
A ce stade, il est difficile à dire si un changement d’attitude de la part des banquiers pourrait s’opérer dans les mois à venir qu’au cours des 12 derniers mois, la croissance dans les arrivées touristiques est de l’ordre de 6,8% et des signes positifs dans les recettes touristiques. « Gross tourism earnings rose to Rs 3,363 million in August 2014, from Rs 2,327 million in August 2013, representing a growth of 44,5 percent. For the period January to August 2014, tourism earnings rise by 9 per cent top Rs 29,177 million from Rs 26,670 million in the corresponding period of 2013 », note la dernière analyse de la Banque de Maurice.
Dans le secteur du commerce, la baisse de Rs 2 milliards dans le volume de crédits bancaires au cours de ces trois derniers mois constitue une indication de l’absence d’effervescence, même si, déjà, les fêtes de fin d’année pointent leur nez. À la fin du mois d’août, le commerce avait bénéficié des crédits de Rs 29 milliards, contre Rs 31,4 milliards fin juin, alors qu’en cette période, les commandes sont passées pour refaire les stocks de consommation pour la fin de l’année. Tout ce volet devra retenir les membres du Monetary Policy Committee de la Banque de Maurice lors de la prochaine réunion, maintenant que la pression au sujet du Repo Rate a été quelque peu atténuée.