La directrice du Fonds Monétaire International, Christine Lagarde, a souligné hier l’importance de bien tenir les rênes du déficit budgétaire. Elle a observé que l’économie mauricienne a réussi de manière remarquable à continuer à se développer en dépit des vents contraires qui viennent de l’Europe ou des États-Unis. De son côté, le VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval a annoncé que le déficit budgétaire sera de l’ordre de 1,9 % cette année. C’est, selon lui, le résultat d’une croissance de 10,4 % des revenus fiscaux à la suite d’une réforme de l’administration fiscale.
Christine Lagarde qui est actuellement en vacances dans l’île a eu un déjeuner de travail hier avec le Premier ministre Navin Ramgoolam, le VPM et ministre des Finances Xavier-Luc Duval et le gouverneur de la Banque centrale Manou Bheenick, entre autres.
La directrice du FMI a également rendu une visite de courtoisie au gouverneur de la Banque de Maurice. Un communiqué de la BoM précise que les échanges ont porté sur les intérêts bilatéraux et les relations excellentes entretenues entre la BoM et le FMI. Mme Lagarde a aussi visité les locaux de l’Afritac dont le siège se trouve dans le bâtiment de la Banque de Maurice. Elle a remercié la Banque centrale pour la générosité dont elle fait preuve.
Hier après-midi, la directrice du FMI et le VPM et ministre des Finances ont procédé à la signature de l’accord portant sur l’ouverture à Maurice d’un centre de formation régional du FMI pour les pays de l’Afrique subsaharienne.
Répondant à des questions de la presse après la cérémonie de signature, Christine Lagarde a observé que « l’économie mauricienne a réussi de manière remarquable à continuer à se développer en dépit des vents contraires qui viennent de l’Europe ou des États-Unis ». « Cette capacité endogène de Maurice ainsi que la stratégie qui a été identifiée par le VPM avec le soutien du PM est une stratégie intelligente de développement fondé sur la double logique de renforcement des infrastructures et développement d’une plateforme de formation et de la technologie », a-t-elle fait ressortir. Cette plateforme de formation est destinée non seulement aux Mauriciens mais aux pays de l’Afrique subsaharienne. Christine Lagarde a observé que l’ouverture de Maurice vers le continent africain est louable. Concernant l’économie mauricienne, elle a estimé qu’il faut continuer à tenir bien les rênes du déficit ; à utiliser les éléments de croissance endogène pour renforcer cette stratégie de développement ; et avoir un peu d’espoir et confiance concernant la situation en Europe et aux États-Unis. Elle souhaite que les efforts de consolidation qui ont été effectués en 2012 donnent les résultats escomptés et que le redressement de l’économie américaine se poursuive.
Dans un discours de circonstance prononcé lors de la cérémonie de signature d’accord, le VPM et ministre des Finances a remercié le FMI pour son soutien à Maurice. Il a expliqué que le pays a fait preuve de résilience pendant la crise économique. Ainsi, l’économie mauricienne a connu une croissance de 3,3 % cette année. Le déficit budgétaire est estimé à 1,9 % en raison surtout d’une hausse des revenus fiscaux de l’ordre de 10,4 %. L’objectif est d’arriver à un budget équilibré dans les cinq prochaines années. M. Duval a aussi expliqué que les prêts obtenus des bailleurs de fonds sont essentiellement destinés aux projets de développement et ne sont pas utilisés pour les dépenses courantes.
« La dette publique du pays est tombée à 53,5 %. L’objectif est de la ramener à 50 % en 2018. Le chômage, estimé à 8 %, a connu une légère hausse. Le chômage parmi les hommes est estimé à 5 %. Ce sont les jeunes qui sont les plus affectés. Cependant le gouvernement a un programme destiné à traiter de manière énergique le chômage chez les jeunes », a dit Xavier-Luc Duval. Il a ajouté que le taux d’inflation est tombé à 3,9 % contre 6,5 % l’année dernière. Le VPM et ministre des Finances prévoit, à condition que la crise en Europe ne se dégrade pas, une croissance de 4 % à Maurice.
Xavier-Luc Duval s’est également appesanti sur la stratégie africaine de Maurice.
Le pays veut ainsi être une plateforme financière pour des investissements en Afrique. Il a profité de l’occasion pour affirmer que Maurice n’est pas un paradis fiscal caractérisé par l’opacité. Maurice, dit-il, est un centre transparent et repose largement sur les accords bilatéraux de non double imposition. Xavier-Luc Duval a évoqué les efforts effectués pour l’intégration de Maurice dans l’économie africaine. Dans ce contexte il a rappelé que les citoyens de 50 pays africains sur 54 peuvent entrer à Maurice sans visas. Ces derniers leur sont livrés à l’aéroport. Le VPM a aussi insisté sur le développement des infrastructures portuaires et aéroportuaires.
Xavier-Luc Duval s’est finalement réjoui que « Maurice puisse compter sur le soutien d’une amie au plus haut niveau du FMI ».