Maurice et les Seychelles travaillent actuellement sur la préparation d’un encadrement légal en vue d’une exploration commune des produits pétroliers dans la région du plateau continental que les deux ont en commun. Cette annonce a été faite par Eddy Belle, directeur exécutif de PetroSeychelles, un régulateur seychellois, en réponse à une question adressée par Reuters.
« Mauritius and Seychelles are still working on the legal framework that will dictate oil exploration and exploitation in joint management area (JMA). No deadline has been set for the opening of the area », a déclaré Eddy Belle. Maurice et les Seychelles gèrent conjointement une zone du plateau continental située entre nos deux pays d’une superficie de 396 000 kilomètres carrés.
L’existence des produits pétroliers dans la joint management area a été évoquée par des experts internationaux lors du symposium organisé par le BOI et le bureau du Premier ministre, consacré à l’économie océanique, le mois dernier au SVICC.
Les côtes orientales africaines sont une zone focale pour les explorateurs des produits pétroliers depuis la découverte du pétrole en Ouganda, au Kenya, alors que des dépôts de gaz naturel ont été découverts le long des côtes tanzaniennes et mozambicaines.
En matière d’économie océanique, les Seychelles ont longueur une avance sur Maurice. Le gouvernement seychellois a déjà alloué des permis d’exploration à deux compagnies internationales, notamment Afren Plc et WHL Energy d’Australie. D’autres demandes de licences ont été reçues par les autorités seychelloises.
Maurice ne dispose pas pour le moment de l’encadrement légal nécessaire permettant aux autorités mauriciennes d’octroyer des permis d’exploration dans des zones spécifiques.