Photo archive

Le ministre de l’Entreprise et des Coopératives, Sunil Bholah, a réitéré ce matin l’ambition des autorités de porter la part du secteur des Petites et moyennes entreprises (PME) dans les exportations totales du pays de 3 % à 18 % d’ici 2026. C’était à l’ouverture d’un atelier de travail à l’hôtel Le Méridien, à Pointe-aux-Piments, organisé avec le concours de l’Union européenne et du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, en vue de renforcer la compétitivité des PME à l’exportation.

Trente-deux PME ont été choisies pour suivre une formation poussée étalée sur six mois et dispensée par la firme de consultants Landell Mills sous le TradeCom Project, programme mis en place par l’Union européenne en vue de faciliter l’intégration des pays ACP dans l’économie globale. Le TradeCom Project permet aux entreprises de se doter d’outils nécessaires pour rehausser leur niveau de compétitivité à l’exportation, notamment à travers une meilleure connaissance des règles d’origine, des stratégies de développement de la production, de pénétration des marchés et d’amélioration de la qualité de la production.

Sunil Bholah a dans son allocution fait observer qu’il n’est pas facile pour les PME de s’engager dans les échanges commerciaux ou dans les négociations concernant le commerce international. Il a fait état de la baisse de 8 % des exportations mauriciennes en 2017 (excluant les recettes provenant de l’approvisionnement des navires) avec un montant se chiffrant à Rs 72 milliards. Les exportations domestiques ont diminué de 4 % pour s’élever à Rs 56 milliards. Le ministre dit avoir pris note du fait qu’en dépit des accords commerciaux signés par Maurice avec les pays développés, 80 % des PME ayant participé à une enquête dans le cadre du SME Master Plan ont indiqué qu’elles ne se sont pas tournées vers l’exportation.

Dans un autre ordre d’idées, le ministre de l’Entreprise et des Coopératives a fait ressortir que les PME éprouvent des difficultés à l’exportation en raison d’un manque d’information sur les marchés, les réseaux de distribution, les règles d’accès aux frontières, les procédures et normes, les règles d’origine et les dispositions des accords commerciaux.

Michal Golabek, chargé d’affaires de la délégation de l’UE à Maurice, a également fait une intervention pour parler du partenariat UE/Maurice en faveur du développement du secteur des PME. « Le commerce est un élément clé du développement durable », dira Michal Golabek. Tout en reconnaissant que Maurice dispose d’un secteur des PME « dynamique » (environ 40 % du PIB et 65 % des emplois), il estime que ce même secteur a plusieurs défis à relever.

Par ailleurs, Usha Dwarka-Canabady, secrétaire aux Affaires étrangères, a laissé entendre que la faible part (3 %) des PME dans les exportations totales du pays est un sujet d’inquiétude. Elle a ajouté que plusieurs plans et structures ont été élaborés pour soutenir le secteur, se réjouissant de la création de SME Mauritius.