L’estimation du taux de croissance économique de 3,5 % pour 2014 annoncée en juin dernier par Statistics Mauritius a été maintenue dans la dernière édition des indicateurs socio-économiques rendue publique hier. Statistics Mauritius annonce également une nouvelle contraction de l’investissement privé pour cette année, soit de 4,3 % après le repli de 2,8 % enregistré en 2013.
Se basant sur les informations provenant des secteurs clés de l’économie et des performances réalisées au cours du premier semestre 2014, Statistics Mauritius anticipe un taux de croissance de 3,5 % de l’économie nationale pour cette année, contre 3,2 % en 2013. Les principaux éléments tenus en compte pour la comptabilisation de la croissance du Produit intérieur brut (PIB) sont les suivants :
1) Une production sucrière d’environ 415 000 tonnes, résultant en une croissance de 1,9 % de ce secteur comparativement à un repli de 1,9 % en 2013 ;
2) La progression des autres secteurs agricoles serait de l’ordre de 8,5 % en grande partie due à l’accroissement des activités de pêche ;
3) Une croissance de 1,9 % du secteur manufacturier, soit un niveau moins élevé que celui de l’année écoulée (+ 4,4 %) ; les activités d’usinage du sucre vont croître de 3,8 % après une contraction de 1 % en 2013 ; le food processing va progresser de 2,8 % après un taux négatif de 0,3 % en 2013 ; le textile devrait croître de 1,5 % mais à un taux inférieur à celui de l’année précédente (+ 2,6 %) ; les autres activités manufacturières pourraient réaliser un taux de croissance de 1 %, bien en dessous des 12,7 % notés en 2013 ; Statistics Mauritius s’attend à un rebond (+ 1,9 %) des activités des entreprises tournées vers l’exportation après le recul de 3 % de 2013 ;
4) Nouvelle contraction du secteur de la construction en 2014 (-6,7 %) après celle de 2013 (-9,4 %) en raison principalement d’une réduction dans le nombre de gros projets privés ;
5) Hôtellerie/restauration : sur la base de 1 030 000 arrivées touristiques, la croissance de ce secteur tournerait autour de 3,5 % ; les revenus touristiques sont estimés à Rs 44,5 milliards contre Rs 40,6 milliards en 2013 ;
6) Nouvelles technologies de l’information et de la communication : croissance de 6,5 % prévue pour cette année par rapport à 6,9 % pour l’année précédente ;
7) Services financiers : taux de croissance inchangé à 5,4 % :
8) Autres secteurs : les taux de croissance basés sur les tendances passées et les performances du premier semestre 2014.
Statistics Mauritius prévoit que le montant des investissements va, en termes réels, subir une nouvelle baisse en 2014 (-1 %) après le recul de 3,3 % observé en 2013. Excluant l’achat d’avion et de bateau, le taux d’investissement va chuter de 2,5 % cette année contre une contraction de 6,7 % pour l’année écoulée. Il n’y aura pas de rebond de l’investissement privé, les prévisions officielles indiquant une baisse en termes réels de 4,3 % après le repli de 2,8 % de 2013. Le secteur public va compenser en partie ce recul : ses investissements pourraient croître de 9,5 % (contre -4,9 % en 2013). « This positive growth would be mainly due to investment in Berth extension at Mauritius Container Terminal, additional investment in Bagatelle Dam and acquisition of a patrol vessel », précise Statistics Mauritius. La part de l’investissement public dans les investissements totaux va passer de 23,6 % à 26,2 % alors que celle de l’investissement privé va diminuer de 76,4 % à 73,8 %.
On relève dans les données officielles que l’investissement dans les bâtiments résidentiels et non résidentiels accusera une baisse de 8 % et 18,2 % respectivement. En revanche, l’investissement dans les machines et autres biens d’équipement va progresser de 8,1 %.
Par ailleurs, Statistics Mauritius fait état d’une hausse réelle de 2,7 % des dépenses de consommation des ménages et du gouvernement central contre une croissance de 2,3 % en 2013. Quant à l’épargne brute domestique, elle se situerait à 11,6 % (11,8 % en 2013) du PIB aux prix du marché.