Intervenant ce matin au Domaine les Pailles à l’ouverture d’un atelier de deux jours sur l’économie verte, l’Executive Chairman de la Commission Maurice Île Durable, Osman Mahomed, s’est félicité que le Budget 2014 ait pris en compte les suggestions de la Commission. Il a également affirmé que l’économie verte offre au pays d’énormes perspectives.
« Le Budget 2014 a pris en compte, dans une très grande mesures, les propositions que nous avions soumises, notamment en termes d’optimisation de nos ressources en terres, ensemble avec des mesures qui, avec le temps, vont réduire notre dépendance sur les produits agrochimiques, augmenter l’efficience de l’utilisation des ressources dans l’industrie et le tourisme, ainsi que le recyclage des déchets, le reboisement du pays (avec notamment cette provision pour planter 200 000 arbres, dont des plantes endémiques) et le réaménagement de nos plages », a affirmé Osman Mohamed devant une assistance comprenant entre autres Roland Dubois (qui représentait le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval, pris par ses engagements ministériels), le UN Resident Coordinator Simon Springet, le secrétaire général de la Commission de l’océan Indien Jean-Claude de l’Estrac, les trois consultants du Programme des Nations unies pour l’Environnement Andrea Bassi, Robert Wabunoha et Meriem Ait-Ali, ainsi que des participants venant de divers ministères et départements du gouvernement et du secteur privé.
« Même le ministère des Collectivités locales dispose maintenant d’un budget plus conséquent et cela aidera énormément à aider à garder propre le pays », a-t-il ajouté.
Osman Mahomed a rappelé la prédiction du théoricien économique et social Jeremy Rifkin relative à la production et la vente de l’énergie par des citoyens à travers les nouvelles technologies. « Nos citoyens vendent déjà leur électricité ici à Maurice. Dans ce Budget 2014 on a ôté davantage de barrières à la production d’énergies renouvelables par des promoteurs privés, cela avec des provisions pour des incitations fiscales sur les panneaux photovoltaïques. Peu après le Budget, un journaliste d’un hebdomadaire a écrit “c’est un budget MID” ».
L’économie verte (voir encadré), souligne l’Executive Chairman de la Commission MID, est une économie pauvre en carbone, efficiente dans l’utilisation des ressources et socialement inclusive. « Malgré cela, le concept d’économie verte reste très confus dans la tête des gens. Cet atelier va nous permettre non seulement de soutenir notre projet d’une économie verte, mais va nous permettre de mieux comprendre ce qu’elle est, à travers ses concepts et ses applications ».
Osman Mahomed a souligné dans ce contexte l’expertise apportée par les trois consultants du PNUE. « L’économie verte a d’énormes perspectives à Maurice », dit-il, avant de rappeler que les conclusions de cet atelier serviront de base pour l’élaboration d’un plan d’action de 10 ans sur l’économie verte pour Maurice, en ligne avec notre Economic and Social Transformation Plan (ESTP) et la Politique, la Stratégie et le Plan d’action du projet MID.
Le UN Resident Coordinator Simon Springet et le Senior Advisor au ministère des Finances Roland Dubois ont ensuite pris la parole.