Sont réunis dans ce livre : des communications présentées dans des colloques à l’étranger, des enquêtes sociolinguistiques réalisées à Maurice, des interventions parues dans les médias et des revues, et un recueil des revues de presse de livres sur les langues. “A travers ce livre, l’auteur rend accessibles des communications scientifiques présentées ailleurs qu’à Maurice et qui, de surcroît, n’étaient pas disponibles”, souligne, à juste titre, Mme Gurib-Fakim. Le nouveau livre de M. Asgarally vient trente ans après sa première publication, “Littérature et révolte”, parue en 1985. Dans l’intervalle, il a enrichi la bibliographie mauricienne d’une dizaine d’ouvrages qui s’étendent “de la littérature à la linguistique, en passant par l’histoire, l’éducation et la culture”.
Le chef d’Etat a eu les mots tout à fait justes pour dire le plus grand bien de la démarche de l’auteur et de son engagement pour faire des langues des passerelles entre les gens et les peuples et les utiliser comme antidote aux replis identitaires, citant, au passage, la vocation pour l’interculturel que l’auteur a fait sienne : “Je tiens à saluer très chaleureusement cette initiative de l’auteur de réunir des textes qui nous intéressent au premier chef en tant que nation plurilingue dans une île Maurice moderne. Issa Asgarally, en tant que linguiste, et surtout comme citoyen responsable de la République, a toujours dit que les langues peuvent agir comme des points de rencontre entre les individus et les cultures. Auteur de “L’interculturel ou la guerre”, publié en 2005, et cofondateur de la Fondation pour l’interculturel et la paix, avec Jean-Marie  Le Clézio, prix Nobel de la Littérature 2008, il a toujours su nous mettre en garde contre le danger que représentent les replis identitaires.”
Deux événements « nullement tragiques »
à l’origine du livre
Dans le style “sans vouloir le dire” qui lui est propre, Issa Asgarallya longuement disserte sur ce qui a motivé la publication d’au moins deux de ses ouvrages — “L’interculturel ou la guerre” (2005) et le présent ouvrage, dix ans après : “A l’origine de la publication d’un livre, de fiction ou de non-fiction, on trouve toujours un ou plusieurs événements. Et qui ne sont pas toujours connu des lecteurs.
C’est ainsi que trois événements ont mené à l’écriture et à la publication de mon essai ‘L’interculturel ou la guerre’ paru en 2005. La vue d’un homme qui avait reçu un coup de sabre à la tête lors des émeutes de février 1999 à Maurice, l’attaque du World Trade Center en 2001 et le début de la guerre américaine en Afghanistan, et la découverte, dans les témoignages des survivants des camps de concentration nazis, que l’on y diffusait de la musique de Wagner, le compositeur préféré d’Hitler.
En ce qui concerne la publication de mon nouveau livre, ‘Ecrits sur les langues’, deux faits — nullement tragiques — en sont à l’origine. L’échange que j’ai eu ici même, au Hennessy Park Hotel, avec la journaliste Augusta Conchiglia du Monde Diplomatique sur la situation des langues à Maurice. J’y ai repris ce que j’avais déclaré dans l’émission télévisée de France 3, ‘Echappées Belles’ intitulée ‘Destination Ile Maurice’. Mais un journal, même de grande diffusion, ou une émission populaire, est éphémère.
L’autre événement, c’est la perte d’un livre ! Plus précisément ‘Enseignement du français et en français’, publié par AUPELF-UREF, que j’avais prêté à Jean-Claude de L’Estrac et qui contient ma communication au Colloque international tenu à Hué (Vietnam) en 1997. Fort heureusement, il trouva et acheta le dernier exemplaire disponible sur Amazon et me le rendit ! Autrement, j’aurais perdu toute trace de ma communication…
Ces faits qui inspirent la publication d’un livre ne sont pas anecdotiques : ils mènent souvent à l’essentiel.”
Et que dire de cette élogieuse préface du Professeur Louis Jean-Calvet ? Ce livre de 144 pages que l’on retrouve en librairie mérite bien un détour. Il faut dire que l’édition de ce livre a été soutenue par Currimjee Jeewanjee Co. Ltd et que la conception et l’impression ont été assurées par Super Printing Co. Ltd.