L’attente a été longue pour Vincent Allet et Sean Veale. Ce dernier aura attendu la huitième journée pour ouvrir son palmarès mauricien. C’est à l’issue d’une course d’attente dans l’épreuve d’ouverture de la journée de dimanche sur Friday Lunch Club qui n’avait jusqu’ici pas encore visité la winner’s enclosure, que le Sud-Africain se signala. C’était aussi la première victoire 2014 de l’écurie Allet.
Ce n’est pas la première fois que l’écurie Allet démarre sa saison difficilement. On se souvient qu’en 2007 lorsqu’elle avait signé Benedict Woodworth dont c’était la première visite sur notre turf, le Malaisien avait attendu la quatrième journée pour offrir à son employeur ses premiers lauriers. Par la suite, ce même Woodworth s’était régulièrement signalé pour s’offrir la cravache d’or avec 31 victoires. Vincent Allet n’a pas changé ses habitudes en ce qu’il s’agit de l’emploi de son jockey pour le nouvel exercice. Après Aaron Spiteri, Imran Chisty, Ronnie Stewart et Dereck David en 2013, il a signé un nouvel inconnu, en l’occurrence, Sean Veale, cette saison. On n’avait pas misé gros sur l’écurie Allet pour les premiers rendez-vous, car par rapport aux autres établissements, ses chevaux accusaient un certain retard. Cependant, vu les moyens financiers importants investis durant la trêve tant au niveau infrastructurel que dans l’achat des nouvelles unités et le treadmill, on pensait que l’état-major attendrait un rapide retour sur son capital. Il y eut les bonnes tentatives d’Isipho, Sheriff Marshall et Mining Prospect, mais la victoire n’arrivait toujours pas. Friday Lunch Club qui demeurait sur une rentrée encourageante est finalement celui qui donna le sourire à l’entourage de l’écurie Allet.
«On a eu un petit retard sur la préparation des chevaux, il faut l’admettre. On a fait pas mal de rénovations à l’ écurie. Sean Veale est un nouveau jockey et il ne connaissait pas bien la piste. Comme il vous l’a dit, il a vécu des moments difficiles récemment. Je lui ai accordé le temps qu’il fallait. J’espère que cette victoire va booster son moral», a déclaré Vincent Allet quelques minutes après ce succès pour expliquer ce passage à vide.
Sean Veale se retrouvait pour la première fois au Champ de Mars sur la plus haute marche du podium. Il est revenu sur son parcours et sur un mois d’avril difficile. «I’m very happy to break the ice. April was a bit of difficult month for me. My little boy had surgery and my mom passed away. People can forgive me for this month. I’m back now. Well done to the boss. He had to guide me as he knows this racecourse better than a lot of people around here. I’m grateful for the opportunities he has given me. This win is for my wife and my little boy».
Pour revenir à la victoire de Friday Lunch Club, ce dernier fut longtemps aperçu en sixième position avant de se rapprocher en épaisseur dans la dernière courbe. Sous la cravache de Veale, cet ancien pensionnaire de l’écurie Maigrot qui s’était fait de nombreux partisans pour l’occasion, sortit un joli coup de reins pour dominer tous ses rivaux. «Friday Lunch Club is the kind of horse that does not travel well in the race. This does not help at all. Today he put his mind to the job and when I gave him the first slap with the stick, he picked it up and won a good race», dira Veale qui espère que les choses iront mieux pour son établissement dorénavant.
Tout comme Friday Lunch Club, Mining Prospect était très chuchoté dimanche. Du reste, ces deux chevaux furent très joués. Contrairement à sa course de la quatrième journée où il était parti trop vite, Veale dosa les efforts de sa monture pour lancer le sprint dans le dernier virage. Alors qu’il semblait se dirigeait vers une victoire facile, Mining Prospect se fit toutefois surprendre par Pierneef, sorti de nulle part. De Blue Lord, on peut penser que le Sud-Africain a démarré trop tôt, car sa monture manqua de punch pour finir face à Rear Admiral dans l’emballage final. La veille, Veale se contentait de deux autres deuxièmes places sur Mighty Fine et Rock Of Arts, battus également par plus forts.