Grâce à un joli doublé, l’écurie Foo Kune a fait un autre pas vers son premier titre de champion tout en profitant de la non réussite de son plus proche poursuivant, Merven, qui à l’issue de la journée s’est même fait ravir la deuxième place par Rousset. Ainsi, avec Rs 518 000 de prix rien que pour cette 38e journée, la casaque jaune et étoiles mauves a creusé un peu plus l’écart en tête du classement. À moins d’un effondrement total à trois journées de la fin de la saison régulière, on voit mal comment ce titre pourrait lui échapper.
Sur le papier, le leader possédait une excellente chance de réaliser une bonne journée et force est de constater que ses chevaux n’ont pas déçu. À l’exception de Twitter et No Prisoners, tous ses autres représentants ont terminé dans l’argent.
La grosse satisfaction est venue de l’oustider Valere, qui s’est imposé au nez et à la barbe du favori Donnie Brasco dans l’épreuve phare. Une victoire acquise de bout en bout suite à une tactique bien calculée à en croire Bud Gujadhur. « Il n’avait pu courir devant la fois dernière lorsqu’il était associé à Vikram Sola sur 1400m. Cette fois, sur le parcours réduit, on s’était dit qu’on essayerait de prendre tout le monde par surprise. C’est ce qu’il a fait », devait déclarer Bud Gujadhur à chaud. En effet, même s’il fut quelque peu “protégé” par son compagnon d’écurie Twitter, Valere a couru pleinement les 1365m à voir les temps séquentiels qu’il a réalisés. En bouclant les derniers 400m en 24”39, il fallait être vraiment fort pour lui barrer la route samedi dernier.
Mais au-delà de la victoire de Valere, Bud Gujadhur a voulu s’attarder sur la performance de Twitter qui prit la cinquième place à 6,95L de son compagnon d’écurie. « Ce qu’on est sûr maintenant, c’est que Twitter, même s’il n’a pu courir with cover, n’a définitivement pas les 1365m. Il a fait une course honorable jusqu’aux 1500-1400m sans plus. On ne sait si ç’aurait pu être autre chose s’il avait pu se mettre derrière Wieland ou même Valere mais il n’a pas les 1365m », a reconnu l’entraîneur.
« Twitter n’a pas les 1365m »
Pour Pravesh Horil, qui frappait à la porte ces derniers temps, cette victoire, sa deuxième de la saison, est une victoire d’équipe. « Il me manquait toujours le petit plus pour faire la différence. C’est dans ces moments-là que vous êtes en proie au doute. Heureusement, j’apprends beaucoup de Sherman Brown avec qui j’ai la chance de travailler chaque matin. Il m’aide et me prodigue de bons conseils. Je remercie aussi Bud Gujadhur et Paul Foo Kune pour la confiance placée en moi et le soutien qu’ils m’apportent. C’est ma première victoire dans une épreuve phare à Maurice et cela fait énormement plaisir », a déclaré le Mauricien.
Auparavant, Dustan a été exact au rendez-vous sous la selle de Rye Joorawon. Bien aidé par son poids plume, ce produit de Dynasty ne se fit pas prier pour enregistrer sa deuxième victoire sur notre turf et ce, avec autorité. « Sur la forme affichée à l’entraînement, le jockey aurait préféré monter Dustan mais en raison de son poids, on a eu à avoir recours à Rye qui peut faire 54kg. On a équipé le cheval d’un soft pricker vu sa tendance à verser à l’intérieur. La dernière fois, il avait été battu de très peu justement parce qu’il tirait vers l’intérieur, donnant du fil à retordre à Sherman », a expliqué l’entraîneur.
Bud Gujadhur a aussi tenu à saluer la monte « impeccable » de Rye Joorawon. « Quand le pas a commencé à slow down, il s’est rapproché de la tête de la course. C’est cela le signe d’un jockey mature car s’il n’y a pas de pas, il faut se rapprocher de la tête de la course. S’il y a beaucoup de pas, vous restez où vous êtes et laissez les autres vernir vers vous. C’est ça le classical way of reading a race. » L’entraîneur a voulu aussi s’attarder sur la fâcheuse habitude de Dustan à verser à l’intérieur. « Il a versé mais pas comme la dernière fois. Mais on va le corriger au fur et à mesure qu’il court. Vous remarquerez qu’au dernier tournant, il s’est quelque peu désuni en partant vers l’extérieur. La raison est qu’il est un grand gabarit. Cela dit, je pense qu’on a sous la main un très bon cheval. »
Pour Rye Joorawon, qui a profité de cette victoire pour revenir à hauteur de Jeanot Bardottier chez les Mauriciens, Dustan était une première chance dans ce lot, surtout avec son léger handicap. « À aucun moment je n’ai pensé que la victoire m’échapperait. Le cheval était dans une forme splendide. Il fallait tirer avantage de son léger handicap, c’est la raison pour laquelle j’ai amorcé mon attaque de loin. Je pense que c’est un cheval qui sera encore plus performant la saison prochaine », a affirmé le Mauricien.