14 victoires, 26 placés et des gains de plus de Rs 3M. Tel est le bilan que présente l’écurie Foo Kune à peine un tiers de la saison entamé. Seule, l’écurie Rousset parvient à suivre le rythme imposé par le leader. Avec un démarrage aussi éloquent, on est en droit de penser que l’écurie Foo Kune tiendra la gageure jusqu’au bout, surtout par rapport à l’effectif dont elle dispose.
La quatorzième victoire de la saison est venue de Ryder Cup qui au final n’aura pris qu’une course pour ouvrir son palmarès mauricien. Seul cheval à avoir repris du terrain à un impressionnant Commodore Pete la fois dernière, Ryder Cup justifia sa cote de favori en prenant avec une certaine autorité la mesure d’une opposition visiblement pas à sa taille. « It was an expected win. He is still a young animal who is learning his job. I think the more he runs the better he will get. He jumped well but I didn’t want to lead as he is a young individual who is yet to know what to do. I thus let them pass me by. They didn’t go fast. He is still green and had a tendency to look at everything. He also likes company. For sure with a little bit of experience, he will turn into a very good competitor », a déclaré Robbie Burke à l’issue de la journée.
Bud Gujadhur s’est dit tès heureux de la victoire de son jeune poulain. « C’est une victoire attendue et on est ravi qu’il ait couru selon nos attentes. Je suis aussi très content d’avoir remporté la Coupe du Dr Edouard Brunel qui était un ami de la famille. Le seul bémol c’est que Ryder Cup quitte la catégorie 0-22. »
En effet, il faut faire ressortir que l’ancien protégé de Leon Erasmus, même s’il n’avait pas gagné, avait démontré un certain potentiel dans son pays natal. Il a été acquis à l’âge de deux ans et a donc bénéficié d’une conversion favorable au niveau de son Merit Rating. C’est donc dans la logique des choses qu’il sera appelé à se mesurer à plus forte partie à sa prochaine sortie.
En sus de Ryder Cup, l’écurie Foo Kune et son jockey Robbie Burke avaient de belles cartes à abattre lors de ce neuvième acte. A commencer par Golden Sheik dans la troisième course, à qui toutefois on accordait qu’une chance d’outsider, primo  en raison de sa ligne mais aussi parce qu’il se mesurait à plus forte partie. Sans les oeillères, la monture Burke se montra très prompt à l’ouverture des boîtes mais se vit contraint à évoluer sur l’arrière-main du meneur Chieftan qui ne lui céda pas la corde. Ce n’est pas pour autant que le fils de The Sheik se montra ridicule dans la ligne droite. « He is to be credited with a good performance. Definitely his ideal distance is the 1000m. I think with a better draw, he could have made it to the finish. But anyway, the winner Mighty Mars was just too good on the day », a trouvé Robbie Burke.
« The Barbé Cup will be a cracker »
En selle sur Top Seller dans la grande course, le double-jockey champion prit toutes les dispositions pour surmonter le handicap de son couloir extérieur en se trouvant une bonne position au coeur du peloton, mais son cheval n’eut point de répondant face au coup de reins foudroyant de Tales Of Bravery. « We had a beautiful run throughout. Johnny came on my outside down the road and we opened up but Tales Of Bravery who was on the rails took advantage of the inside and was further lucky when Polar Bound switched off the fence. I don’t think we would not have beaten Tales Of Bravery on the day, but Top Seller ran a very good race. It would be a great competition between these top horses the year round. I think the Barbé would be a cracker », a prédit notre interlocuteur.
Battu sur Golden Sheik et Top Seller, Burke avait le doublé à portée du fusil avec le favori Carson City dans la huitième épreuve mais devait se faire suprendre par King’s Guard, monté à la perfection par Cédric Ségéon. « I think we got beaten by a better horse on the day.  I got a beautiful run on the fence. I was always happy where I was. King’s Guard came on my outside and he just nailed me on the line », a-t-il expliqué, un brin déception dans la voix.
L’espoir du coup de deux reposait donc sur les épaules de Liam dans l’épreuve de clôture. Ce dernier, bien que se montrant accrocheur, ne put résister au retour des finisseurs. « He overraced a little bit. There was also Traianius on my back the whole way. These factors put together, the winner proved to be too good for me on the line.»