Il ne fait pas de doute que l’écurie Gujadhur tentera de reconquérir le titre de champion qu’elle avait remporté en 2012 à l’occasion du bicentenaire du MTC. On arrive à un tel constat en jetant un coup d’oeil sur le nombre important de nouvelles unités qui ont rejoint ce yard et l’association avec la fine cravache Noel Callow pour les premiers mois de compétition.
Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’établissement Gujadhur est celui qui a accueilli le plus grand nombre de nouveaux éléments pour le présent exercice. En effet, 14 sont déjà sur place et il est attendu que ce chiffre s’accroisse d’avantage au fil de la saison. Un tel investissement n’est pas anodin et même si l’état-major jouera la carte de la modestie en ce qu’il s’agit de ses ambitons, on est en droit de s’attendre que l’écurie joue les premiers rôles cette saison encore.
Après une saison 2012 faste auréolée d’un titre de champion qui intervenait 36 ans après le dernier sacre obtenu par cet établissement alors dirigé par feu Gunness Gujadhur, l’état-major avait visiblement décidé de viser moins haut l’année dernière. Malgré cela, l’écurie s’était bien tirée d’affaires avec une quatrième place acquise derrière Rousset, Foo Kune et Merven avec un total de 26 victoires, soit 14 réalisations de moins par rapport à l’année précédente et Rs 8.7M récoltées en terme de gains, ce qui représente un peu plus de la moitié des recettes de 2012 (Rs 15.7M) qui constituaient un record.
On aurait pu penser que l’écurie Gujadhur allait continuer à se contenter des seconds rôles. Du reste, un décrassement avait été effectué au sein de l’effectif en fin de saison. Pas moins de douze coursiers considérés à problèmes, dont les vainqueurs de Groupe, Eskimo Roll, Vettel, Tandragee, Senor Versace et Acuppa, étaient impliqués par cette décision. Cependant, tous ont réintégré l’effectif durant la trêve, leur entourage estimant vraisembablement qu’ils peuvent remporter quelques précieuses victoires s’ils bénéficient de traitements adéquats.
Bulsara et Wagner, deux coursiers expérimentés, viendront prêter main forte aux chevaux de l’élite. Le premier nommé est âgé de 7 ans et il a visité la winner’s enclosure en quatre occasions durant sa carrière sud-africaine où il a évolué parmi les meilleurs de sa génération. On constate qu’il s’est montré compétitif de 1400m à 2200m. Chez nous depuis décembre 2013, ce bon finisseur est donc à suivre cette année, en particulier dans les grandes courses. Wagner a également évolué en compagnie relevée en Afrique du Sud et sa conformation nous laisse penser qu’il a été acquis spécialement en vue du Ruban Bleu puisqu’il a déjà été aligné jusqu’à 3200m sur le turf sud-africain. L’écurie Gujadhur a aussi investi dans la jeune génération. De ses 16 nouveaux, 9 sont âgés de 3 ans. Y figurent, Zambezi Torrent et Kremlin Captain, annoncés comme des stars en devenir.
Depuis l’année dernière, Ramapatee Gujadhur peut compter sur son fils Gopal pour l’assister officiellement dans l’entraînement des chevaux, alors que l’écurie occupe depuis quelques mois déjà le centre privé de la famille Ramdin situé à Pointe-Aux-Sables. Ce qui sera à coup sûr un « plus ».